Un TER surchargé en gare de Riquier paralyse le réseau

FRANCE

SNCF - Vers 7h50 ce lundi matin, un train à destination de Vintimille est resté bloqué en gare de Nice en raison d’un nombre trop élevé de voyageurs. La Région PACA affirme que la situation s’améliore cependant.

En pleine heure de pointe ce matin, les passagers d’un TER se sont demandés s’ils allaient arriver à destination. Vers 7h50, une rame, surchargée, est bloquée en gare de Nice Riquier. Le train suivant étant plus long que le quai, les voyageurs installés à l’arrière ont dû descendre et marcher sur le ballast pour rejoindre la gare. Une situation qui nécessite une procédure de sécurité qui a entraîné un ralentissement général des circulations. Ce n’est que vers 8h30 que les deux trains ont pu repartir en "marche à vue", à vitesse réduite.

"Le problème, c’est que les gens qui étaient dans le premier train ne voulaient pas attendre le second, pourtant juste derrière", explique la SNCF à metronews. "Le conducteur du train a annoncé que deux cent personnes devaient descendre. Quand certains descendaient, d’autres remontaient", témoigne Romain, usager quotidien de la ligne qui, pressé par le temps, a préféré se rendre à Monaco avec son véhicule personnel, dans lequel il a emmené trois autres "naufragés".

"On se marchait dessus sur le quai"

"Une fois le train un peu vidé, il est resté une heure à quai, sans bouger" témoigne Silvia, 24 ans, qui voyage sur cette ligne tous les jours pour se rendre sur son lieu de travail à Monaco. "On se marchait dessus sur le quai, mais personne ne venait nous aider ! Le train est finalement reparti, sans prévenir, à 8h35. Pourquoi ? Je paie un abonnement toute l’année et ce genre d’incident arrive une fois par semaine !"

La raison : "le manque d’anticipation de la SNCF sur les matériels roulants" confie à metronews Jean-Yves Petit, le vice-président de la région Paca délégué aux Transports et à l’éco-mobilité qui écrivait déjà, en janvier dernier dans une lettre ouverte à la SNCF que "depuis plusieurs mois, les usagers des TER vivent des conditions de transports inacceptables".

De nouvelles rames en décembre

"Aujourd’hui, nous utilisons 100% de notre équipement et la fréquentation va croissante (+ 2,7% depuis janvier) donc, s’il y a un problème, on aboutit forcément à des suppressions ou des trains surchargés". En réponse, 16 rames longues d’environ 500 places chacune, devraient être mises en service à partir du mois de décembre. "Elles seront dédiées au trafic azuréen", promet Jean-Yves Petit.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter