Une campagne d’affichage insolite pour les Roms de Marseille

FRANCE
INITIATIVE – Une association marseillaise va lancer dans les prochains jours une campagne d’affichage de portraits de Roms vivant au campement de la Parette à l’est de Marseille. Une manière de mobiliser avant le démantèlement du site.

Voir les Roms autrement. Dans les prochains jours, les Marseillais découvriront une campagne d’affichage un peu particulière. En grand format, près de 1000 portraits d’enfants et d’adolescents du campement de la Parette à l’est de Marseille seront placardés dans les arrondissements du centre-ville avec cette question : "Quand réagirez-vous ?" Une interrogation écrite noir sur blanc avec la mention du nom et de l’âge du modèle.

"Le but est de sensibiliser le grand public, pour voir au-delà des bidonvilles et des images négatives comme le vol et la manche au feu rouge", explique Stan Roche photographe et membre de l’association Imaginer, Créer, Innover à Marseille. Une démarche unique en France avec quelques surprises à la clé pour le photographe. "Quand ils sont deux sur la photo, le plus grand des enfants est très protecteur avec son frère ou sa sœur. Mais s’il est seul, son regard est plus viril comme s’il voulait montrer l’homme en devenir", explique-t-il.

Un compte à rebours lancé

Outre la volonté artistique, Stan Roche compte "mobiliser" avant le démantèlement programmé du campement d’où les Roms ont été pris en photo. "Ça doit se faire le 17 juin prochain", s’inquiète-t-il, ajoutant : "Si j’ai indiqué leur nom, leur âge et le fait qu’ils soient scolarisés, c’est pour montrer qu’ils peuvent s’intégrer". Un constat appuyé par Anne Delmotte, professeur des écoles à Marseille. "S’ils ont les moyens de venir à l’école, ils le font avec un enthousiasme débordant. Mais dès qu’il y a une expulsion, on sait qu’on ne les reverra plus", s’indigne-t-elle.

Après avoir repoussé le démantèlement de la Parette l’hiver dernier, la préfecture des Bouches-du-Rhône indique dans un communiqué que "le travail de diagnostic et d'accompagnement social effectué depuis plusieurs semaines sur le campement devrait aboutir à son évacuation dans les prochaines semaines". Une échéance contre laquelle s'élèvent les différentes associations d’aide aux populations Roms appelant "à la mobilisation le jour J".
 

Lire et commenter