Une femme enceinte agressée par deux voleurs et sauvée par des passants au Plessis-Trévise

FRANCE
DirectLCI
VAL-DE-MARNE - Deux hommes ont agressé une jeune femme de 27 ans, enceinte de 5 mois et demi, pour lui voler sa voiture. Mais un voisin et des passants bienveillants ont mis en fuite les deux agresseurs.

L’histoire se déroule au Pléssis-Trévise, une commune du Val-de-Marne, vendredi 5 décembre au soir. Alors qu’une jeune femme enceinte s’arrête au bas de son immeuble pour décharger ses courses, deux hommes se précipitent vers elle, le visage à moitié camouflé. Sur le moment, elle s’imagine qu’ils veulent lui donner un coup de main. Mais il n’en est rien : les deux jeunes âgés de 22 et 23 ans l’agressent violemment, selon le journal Le Parisien.

L’un d’entre eux lui donne un coup de pied dans le ventre - “en prenant de l’élan” précise-t-elle - alors qu’elle est déjà enceinte de 5 mois et demi. Un des agresseurs la menace aussi en lui disant : “Je vais le tuer, ton enfant”. Les deux malfrats veulent lui voler sa voiture. Ils la frappent au visage et approchent leur couteau si bien qu’elle leur révèle où se trouvent les clés.

Un bus s’interpose

Il est un peu plus de 17h30, la nuit est déjà tombée, mais heureusement, la jeune femme de 27 ans avait fait signe un peu avant l’agression à un de ses voisins de descendre pour l’aider à ranger ses courses. Celui-ci arrivé sur place tente de s’interposer et les deux hommes essayent alors de s’enfuir avec la voiture. Mais aucun des deux ne parvient à la démarrer, “car c’est un système d’allumage particulier”, rapporte la jeune femme dans les colonnes du journal.

Entre-temps, un bus s’est mis en travers de la route pour empêcher les voleurs de prendre la fuite avec la voiture et d’autres passants ont prêté main forte à la jeune femme. Les agresseurs prennent alors leur jambes à leur cou, mais seront rattrapés plus tard par la police et placés en garde à vue.

Quant au bébé de la jeune femme, il serait en bonne santé, selon des examens pratiqués par les urgences du centre hospitalier intercommunal de Créteil (CHIC). D’autres examens devaient être effectués vendredi en fin de journée. La jeune femme a reçu quatre jours d'interruption temporaire de travail (ITT) mais a été soulagée de savoir que sa petite fille allait bien.

Lire et commenter