Une formation pour pacifier les nuits lilloises

Une formation pour pacifier les nuits lilloises

SOCIETE – Des incidents éclatent régulièrement à l'entrée des établissements de nuit à Lille. L'association SEDIS à Haubourdin propose une formation pour les portiers. Objectif : mieux les préparer aux réalités du terrain.

Les videurs ont mauvaise presse. En quelques mois, plusieurs incidents se sont produits à la porte de boîtes de nuit. En juillet, un jeune est plongé dans le coma après une altercation avec le portier du Magazine Club. Au mois d'août, c'est à l'entrée du Smile Club qu'un groupe affirme avoir été gazé et frappé. En 2010, un homme était même décédé après une bousculade devant le Latina Café.

"Il y a de plus en plus d'incidents et ils ne sont pas tous médiatisés, reconnaît Yves Sihrener. Les portiers ne sont pas toujours bien préparés à gérer l'alcoolisation massive de certains clients." Le président de l'association Sedis, à Haubourdin, croit connaître la solution pour détendre l'atmosphère . Il propose une formation spécifique aux métiers de la sécurité dans le milieu de la nuit. A travers des mises en situation, des exercices sportifs et des cours plus théoriques sur les conséquences de leurs actes, Sedis travaille à mieux former les futurs portiers.

Se maîtriser malgré les insultes

"Notre objectif est de leur donner les clefs pour gérer un conflit sans perdre leur sang-froid, poursuit Yves Sihrener. On les prépare aux situations qu'ils rencontreront sur le terrain car ce n'est pas toujours simple de se maîtriser quand on se fait insulter", ajoute David Ruchalsky, responsable de la formation et lui-même videur. Car malgré les responsabilités, il suffit juste d'avoir un certificat de qualification professionnelle (CQP) pour travailler à l'entrée d'une boîte de nuit.

"On doit pouvoir assurer la sécurité dans l'établissement, savoir utiliser un extincteur, raconte l'un des jeunes participants à la formation. C'est bien, mais ce n'est pas suffisant pour affronter certains incidents", nunance-t-il. Pour que les nuits lilloises restent festives, Yves Sihrener souhaite aller plus loin. "Nous aimerions travailler avec les patrons de discothèques pour former ou corriger les mauvaises habitudes de certains videurs."

Pour contacter l'association Sedis : 03 20 72 83 38

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

EN DIRECT - Covid-19 : 8 cas de variant Omicron détectés ce jeudi en France

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.