Une marseillaise devient l’égérie de Google

Une marseillaise devient l’égérie de Google

France
DirectLCI
MEDIA – Créatrice des promenades sonores pour Radio Grenouille, Julie de Muer est devenue « la tête de gondole » de Google pour une publicité. Une rencontre étonnante qui permet de découvrir Marseille autrement.

Quand "David rencontre Goliath". Avec son sens de la formule Julie de Muer résume son projet de promenades sonores mis en scène par Google pour ses " googlestories ". Depuis ce week-end, difficile de passer à côté des spots du géant de l’Internet sur l’histoire de l’ex directrice de Radio Grenouille. En 2009, sur une idée "toute bête", elle décide de prendre son sac à dos et d’aller "à la rencontre physique des Marseillais" en enregistrant les sons et les conversations. "Pas des endroits touristiques, mais des lieux méconnus qui font la complexité et la beauté de la ville", explique la jeune femme.

Dans le cadre de Marseille 2013, le projet est étendu. Près de 40 promenades sonores sont créées par des auteurs et artistes dans des sites aussi insolites que créatif à Marseille et en périphérie. "L’une d’elle vous invite à partir à la découverte des pochoirs du quartier de la Plaine", détaille Julie de Muer. En 1 heure, "comme dans un safari", l’auditeur muni de son casque écoute les différents graffeurs raconter leurs tags dans une composition musicale. "Il y a un côté cinématographique dans ces ballades où l’on devient acteur de la visite", assure-t-elle.

Donnant-donnant

Séduit par le projet, Google décide donc de faire de Julie l’une de ses égéries. "La relation a été très franche dès le début. Je profite de leur force de frappe et eux mettent en avant leurs outils", confie-t-elle. Outre la publicité sur tout le territoire, " les balades nocturnes " voient le jour. Même principe que les promenades sonores sauf que l’internaute n’a pas besoin de se déplacer physiquement pour découvrir Marseille. Grâce à Streetview, la découverte d’une rue se fait sur l’écran de l’ordinateur avec du contenu enrichi.

Résultat la fréquentation de son site explose. "On a eu plus de visites en 24 heures ce week-end qu’en plusieurs mois", s’étonne-t-elle. Un peu dépassée par cette soudaine médiatisation, la jeune femme n’a pas de regret mais n’a qu’un souhait. "Que l’histoire de Julie dans la pub Google permette de prendre le temps d’écouter la vie des gens rencontrés à Marseille".
 

Lire et commenter