Université : les étudiants votent le blocage du Mirail pour le 20 novembre

FRANCE

MOUVEMENT – Réunis en assemblée générale, les étudiants de l'université Jean Jaurès ont décidé le blocus de leur fac le jeudi 20 novembre. Ils dénoncent la baisse de dotation des budgets qui pénalise l'enseignement ainsi que des projets inutiles comme le barrage de Sivens.

Une solution radicale.  Les étudiants de l'université Jean Jaurès (anciennement le Mirail) ont voté le blocage du campus pour le jeudi 20 novembre. C'est la décision qui a été prise jeudi en milieu de journée par près de 700 étudiants réunis en assemblée générale.

Les revendications sont aussi nombreuses que diverses : opposition au barrage de Sivens, dissolution de la BAC (sic), condamnation de la violence policière lors des dernières manifestations à Toulouse, mais également refus de la sélection à l'entrée de l'université ou diminution de la dotation des établissements d'enseignement supérieur.

Une baisse de dotations de 400 millions d'euros

"Cette année le Mirail a vu une baisse de 400 millions d'euros soit 20 % de son budget, certains TD sont surchargés et des étudiants n'ont pas pu s'inscrire en début d'année, alors que l'Etat consacre des sommes importantes pour des projets inutiles comme le barrage de Sivens", dénonce un responsable du Comité de Mobilisation de la Fac du Mirail.

De nombreux blocages entre 2005 et 2010

Alors que jeudi avait été décrété "journée de grève des étudiants", le campus a pu fonctionner normalement et les cours être assurés sans problème. Durant de nombreuses années, notamment entre 2005 et 2010, l'université de lettres et de sciences humaines de Toulouse était régulièrement secouée par des mouvements étudiants conduisant à la suspension de cours.

Alors, l'université Jean-Jaurès s'avance-t-elle vers un automne agité ? Réponse dans une semaine.

Lire et commenter