Du froid polaire au redoux printanier en passant par la neige... le point sur la météo inédite de la semaine

DirectLCI
PRÉVISIONS - La semaine qui s'ouvre va voir le mercure plonger en-dessous de 0° et les températures ressenties devraient avoisiner par endroit les -20°. Un épisode de froid rare avant un redoux spectaculaire. "La transition s'annonce assez brutale car on part de très bas pour aller assez haut", prévient Guillaume Woznica, le spécialiste météo de LCI.

Le Moscou-Paris tant redouté vient de faire son entrée sur le territoire. Alors que les températures avaient d'ores et déjà chuté, dimanche, le froid glacial s'est installé sur la France lundi et plus encore ce mardi matin, avec des gelées généralisées sur l'ensemble du pays. Météo France annonce pour ce début de semaine des températures minimales "glaciales", qui varient de -6 à -10 degrés dans le Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté. 


"Les maximales restent négatives sur un grand quart nord-est avec -4 à 0 degrés", a poursuivi l'institut. "Lundi a marqué le début de la période la plus froide de l'hiver, elle va durer trois jours jusqu'à mercredi", détaille Guillaume Woznica, le spécialiste météo de LCI.

En vidéo

VIDÉO - Vague de froid Moscou-Paris : une fin de mois glaciale, on vous dit pourquoi

Ne comptez pas voir les températures déjà glaciales au levé du soleil grimper en journée ce mardi : il s'agira de "la journée globalement la plus froide dans le sud", prévient Guillaume Woznica avec –6°C à -11°C attendus en plaine. Sur l'ensemble du pays, les maximales avoisineront le 0 °C quand elles ne seront pas négatives du nord à l'Île-de-France et au Nord-Est ; elles atteindront 2 à 6 °C sur les régions les plus méridionales, soit des valeurs 8 à 10 degrés sous les normales saisonnières (établies sur la période 1981-2010). Si les villes côtières échappent souvent aux gelées, -3°C sont attendus à Marseille et -5°C à Brest. 


"Ca sera encore une journée calme avec beaucoup de soleil sur tout le pays et le vent va souffler modérément. C’est lui qui, une nouvelle fois, va faire la différence car des rafales vont amplifier la sensation de froid",  analyse le spécialiste. Et de poursuivre : "ce vent a une double particularité dans le sens où il limite la baisse des températures sous abri mais amplifie les températures ressenties" (qu'on vous explique ici).  Aussi, prévient-il, "cette particularité va entrainer une nuit glaciale en montagne et particulièrement dans les Alpes où on attend -30°C dans la nuit de lundi à mardi dans les massifs des Alpes." Si ces températures n'atteignent pas des records, elle s’observent seulement tous les vingt à vingt-cinq ans." En raison de ce phénomène, les prévisionnistes annoncent des valeurs avoisinant les -15°C en Île-de-France,  -20°C du Massif Central au Grand Est et -25°C dans les Alpes.

De telles valeurs sont assez remarquables à cette époque de l'année. Il faut souvent remonter à la vague de froid de fin février/début mars 2005 pour trouver des températures aussi basses voire plus à la même époque, rapporte Météo France. A partir de mercredi, la météo ne sait plus où donner de la tête, entre redoux et neige. "C'est la journée où ça commence à changer : c’est ce jour là qu'il fera le plus froid dans le Nord tandis que les températures commenceront à remonter dans le Sud, en raison d'une perturbation qui vient de Méditerranée et d’Espagne et qui, dès mercredi matin, va aborder les régions du Sud-ouest et du Sud-Est." 


Mais dès lors que cette perturbation va rencontrer l’air froid, de nouvelles chutes de neige apparaîtront en plaine, et en vallée du Rhône notamment. En moyenne, trois à cinq centimètres attendus du côté de Lyon et Montélimar, et beaucoup plus sur les Cévennes et les Alpes du Sud (trente à quarante centimètres). Du côté des témpératures,  -3 à -5°C  sont attendus dans le Sud contre -7 à-12°C degrés dans le Nord (-18 en ressenti).

La neige va ensuite remonter dans la nuit de mercredi à jeudi plus au nord, touchant notamment le Val-de-Loire, la Bourgogne, le Centre, avant d'atteindre au lever du jour jeudi la région parisienne qui devrait voir quelques centimètres de neige.

"Ca devrait tenir au sol car même si les températures remontent, elles n'excéderont pas zéro degrés en matinée". Si les prévisions restent à affiner, entre trois et six centimètres sont attendus en région parisienne. Puis progressivement, le redoux amorcé dans le Sud la veille, gagnera le Nord qui devrait retrouver des températures positives au cours de la journée, à l'exception de l'extrême Nord où le thermomètre devrait encore rester au-dessous de zéro jusqu'à vendredi. 

A partir de vendredi, un redoux spectaculaire gagnera cette fois toute la France. Les températures minimales vont s’échelonner de -2°C au Nord de la Seine à 8 degrés dans le Sud-ouest en matinée, tandis que dans l'après-midi, la douceur continuera de s’accentuer. "Par endroit, on va gagner jusqu’à dix degrés en 24 heures", illustre Guillaume Woznica, qui précise que dans le Sud-ouest, on atteindra jusqu’à 17°C. "Mais ce redoux s'invite avec de la pluie et du vent", poursuit-il, annonçant "une ambiance, qui ne sera certes plus hivernale, mais très automnale en termes de conditions météo, ou printanière en termes de températures."


Tout le week-end sera marqué par une douceur "assez remarquable", avec des températures oscillant entre 2 et 8°C samedi matin et 3 et 10°C dimanche matin. Entre 8 et 18°C sont attendus pour l'après-midi de samedi tandis que 18 °C pourrait être atteints dimanche y compris dans les régions centrales. "On sera par endroit jusqu’à dix degrés au-dessus des moyennes de saison alors qu’en début de semaine on aura atteint jusqu’à quinze degrés en dessous", détaille le spécialiste qui prédit une "transition assez brutale car on part de très bas et on va assez haut." Si ce type d'épisode n'est pas exceptionnel du fait du climat océanique auquel est soumis la France, "il ne se rencontre pas tous les hivers et en ce sens quelque chose d'inédit", conclut-il.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter