Vers un retour du système de la consigne pour les bouteilles en plastique, les canettes et les piles

DirectLCI
ENVIRONNEMENT - Le ministère de la Transition écologique a évoqué mardi la piste d'un retour du système de la consigne pour les bouteilles en plastique, les canettes et les piles. Il dévoilera à la fin du mois de mars une feuille de route afin de recycler 100% de ces déchets d'ici à 2025.

Ce projet est né d'un simple constat : le taux de de collecte des déchets en France n'est pas satisfaisant. C'est en ce sens que le ministère de la Transition écologique a dévoilé ce mardi des pistes afin de mieux en gérer le recyclage. L'idée de mettre en place une consigne a ainsi émergé au cours d'une première phase de consultation en vue de l'élaboration d'une feuille de route sur l'économie circulaire. 


Lancée en octobre dernier et pilotée par la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Brune Poirson, ce plan, qui devrait être dévoilé à la fin du mois de mars 2018, vise à améliorer la gestion du cycle de vie des produits, de leur conception jusqu'à leur traitement quand ils deviennent des déchets.

Le dispositif de consigne, soit le fait d'associer un emballage à une caution que le consommateur paye à l'achat du produit et récupère sous forme monétaire ou de bon d'achat lorsqu'il le restitue, pourrait s'appliquer aux bouteilles en plastique, aux canettes et aux piles. Ce système a fait ses preuves notamment en Allemagne, où la consigne varie entre 8 et 25 centimes.


En France, le taux de collecte du plastique se situe actuellement à 60%, selon les chiffres cités par le ministère de la Transition écologique. La collecte est toutefois très inférieure à la moyenne en zone urbaine, où elle atteint 10% indique l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Ce qui fait de la France l'un des pays les moins efficaces d'Europe en matière de tri, se plaçant juste devant la Bulgarie, la Grèce, Chypre et Malte. Et cela est encore pire pour les piles : les Français, qui en achètent 32.000 tonnes par chaque année, en jettent 25.000 à la poubelle, voire dans la nature, où elles se décomposent en rejetant de l'acide, du plomb, du mercure et du lithium.


Les emballages en verre ne seraient pas concernés le dispositif, puisque leur taux de collecte est déjà "élevé" (86%).

Plus de points de collecte

Ainsi, les clients, au lieu les laisser dans un bac de tri, rendraient les bouteilles dans des machines situées dans différents endroits (commerces, lieux publics, entreprises). L'idée serait d'avoir "le plus de points de collecte possible", des acteurs privés et publics pouvant assurer leur gestion, précise le ministère. Si le gouvernement retient l'idée de consigne, des expérimentations seront menées. Des grandes villes comme Paris et Marseille ont notamment déjà manifesté leur intérêt, indique l'AFP.

D’autres pistes en vue de l’élaboration de cette feuille de route sur l’économie circulaire seront abordées en fin de semaine et début de semaine prochaine, notamment sur les téléphones portables et les rebuts électroniques.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter