Commémorations de l'attentat de Nice : un an après, le "héros au scooter" revient sur la Promenade des Anglais

France
TRAUMATISME - Sans son acte de bravoure, il y aurait peut-être eu plus de morts. Le soir de l'attentat du 14 juillet 2016, Franck Terrier fait un tour en scooter avec sa femme. Lorsqu’il comprend ce qui est en train de se passer sous ses yeux, ce père de famille part à la poursuite du camion et tente de l’arrêter. Un an après, il est revenu sur les lieux du drame avant de recevoir, ce vendredi lors des commémorations, le titre de Chevalier de la Légion d'honneur.

Parmi toutes les images de détresse qui ont tourné en boucle cette nuit-là, cette séquence a particulièrement marqué les esprits. On y voit un scooter accélérer et arriver au niveau de la cabine du poids-lourd blanc. Les images prises à la volée depuis le balcon ne permettent pas de distinguer le sort du conducteur du scooter. Son histoire sera racontée quelques jours plus tard.


Comme des milliers de personnes ce soir-là, la vie de Franck Terrier a basculé le 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais. Cet agent de sûreté aéroportuaire est venu en scooter avec sa femme pour manger une glace sur ce bord de mer très fréquenté l’été. Alors que des milliers de Niçois et de touristes déambulent sur la promenade, un mouvement de foule se fait sentir et des cris de terreur commencent à émerger, peu après 22h30.


Franck et sa femme Corinne comprennent alors que quelque chose d’anormal est en train de se passer. Soudain, un poids-lourd blanc surgit au niveau de leur scooter et traverse la foule, renversant des dizaines de piétons sous leurs yeux.

Le camion me double, par la droite sur le trottoir… Je m’aperçois qu’il est en train d’écraser tout le monde sur son passage...Franck Terrier

Comprenant, qu’il s’agit d’un acte délibéré, Franck fait descendre son épouse et part seul au guidon de son scooter à la poursuite du camion de 19 tonnes. Il parvient à se hisser sur le marchepied au niveau du conducteur et commence à lui asséner des coups avec sa main gauche.

Il a un pistolet, il me vise mais ça ne marche pas...Franck Terrier

Au volant du camion, le terroriste Mohamed Lahouaiej Bouhlel le vise avec une arme, mais aucun coup ne part. Il donne finalement un violent coup sur la tête de Franck, qui bascule et tombe. Sans réfléchir,  celui-ci repart à la charge et s’agrippe de nouveau à la portière pour tenter d’arrêter le conducteur. Après ces minutes interminables, la course meurtrière du poids lourd prend fin sous les balles des policiers. Franck est blessé et évacué vers l’hôpital. Pour ses proches, dont son épouse qu’il a déposée à quelques centaines de mètres en amont, c’est une attente insoutenable qui commence.

Tant que je n’ai pas de nouvelles, pour moi il n’y est plus, il est mort…Corinne Terrier

Corinne apprendra en fin de soirée que son mari est en vie, mais l’angoisse perdure jusqu’au moment des retrouvailles physiques. Malgré les risques immenses qu’il a pris, Franck s’en sort avec un gros hématome, une côte cassée et un petit enfoncement de la cage thoracique. Lorsque Franck sort de l’hôpital Pasteur en compagnie de ses proches, il s’effondre sur un banc et fond en larmes, heureux d’être vivant après cette nuit de terreur, mais réalisant soudain l’ampleur de la tragédie.


Quelques semaines après, il ressent les premiers symptômes du stress post-traumatique. Atteint d’une forme d’amnésie, il a un trou de mémoire d’un mois. Agé de 51 ans, il est aujourd’hui suivi par un psychologue, hanté par les images de la promenade des Anglais.

Je suis mal à l’aise parce que j’aurais voulu faire plus...Franck Terrier

Franck, qui a reçu ce vendredi la décoration de Chevalier de la Légion d’honneur, lors des commémorations de l'attentat, semble empreint d’un sentiment de résignation teinté de culpabilité, cette culpabilité propre aux survivants et à ceux que l’on regarde comme des héros.

En vidéo

VIDÉO - Journée hommage à Nice : Franck Terrier, "lhomme au scooter" devient Chevalier de la légion d'honneur

Sa femme Corinne se tient à ses côtés et le console en imaginant que le nombre de victimes aurait pu être encore plus élevé sans l’intervention de son mari. Un an après, Franck a changé de métier et ne peut sortir de sa tête les cris et les images de corps projetés par le camion blanc cette nuit-là.


Pourtant le père de famille continue à vivre et affirme qu’il est resté le même. Si c’était à refaire, il ferait sans doute preuve du même sang-froid et du courage qui lui ont permis de déconcentrer Mohamed Lahouaiej Bouhlel au volant de son camion. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Nice

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter