VIDÉO - 13 novembre : "C'est à nous de montrer que ce n'est pas notre religion", martèle l'imam Hassen Chalghoumi

13-NOVEMBRE - À l'occasion des deux ans des attentats de Paris, le président de la Conférence des imams de France a rappelé la nécessité de "dénoncer la minorité" de personnes se réclamant de l'islam et liés à Daech, appelant toute la communauté musulmane à se désolidariser de ces actes.

Dressé devant le mur de la paix avec un t-shirt "Musulmans contre le terrorisme", Hassen Chalghoumi aime rassembler différents symboles. D'abord, il manifeste pour la paix : "C'est une journée de mémoire envers toutes les victimes qui sont parties au nom de la barbarie." Selon lui, les terroristes du 13-Novembre, affiliés à l'organisation Etat islamique, ne sont pas musulmans. "Quand quelqu'un salit ma religion [...], je sors, c'est mon devoir [...] de les dénoncer." Lui, les qualifie de "criminels", de "barbares". 

C'est très important que les musulmans, et surtout la jeunesse musulmane, sortent et s'expriment pour dénoncer cette minorité, ces criminels.Hassen Chalghoumi, président de la Conférence des imams de France

Les commémorations des attentats sont, pour lui, l'occasion de réaliser un travail de mémoire et d'éduquer les jeunes générations. "C'est un travail important de pédagogie pour la jeunesse," défend Hassen Chalghoumi, venu à Paris lundi 13 novembre accompagné de jeunes musulmans du quartier de Molenbeek, à Bruxelles, et de Nice. Il espère délivrer un message d'espoir : "Les milliers de Daech ne sont pas les 1,5 milliards de musulmans." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les attentats du 13 novembre, deux ans après

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter