VIDÉO - L'Académie française lance une mise en garde contre l'écriture inclusive, Jean-Marie Rouart et Nicolas Dupont-Aignan approuvent

DirectLCI
SAVOIR - Les Immortels de l'Académie française ont publié ce jeudi une déclaration au ton pour le moins alarmiste, pointant du doigt l'écriture inclusive. "Un péril mortel", selon eux, pour la langue française. Sur LCI, l'académicien Jean-Marie Rouart a estimé que les féministes se trompaient de combat, et Nicolas Dupont-Aignan a jugé tout cela "complètement débile".

"Une langue désunie, disparate, créant une confusion qui confine à l’illisibilité". Les Immortels de l'Académie française n'y vont pas avec le dos de la cuillère lorsqu'ils parlent de l'écriture inclusive. Dans une solennelle mise en garde, adoptée à l'unanimité ce jeudi, ces hommes et ces femmes de lettre ont mis au pilori cette graphie qui consiste à inclure le féminin, entrecoupé de points, dans tous les noms et les adjectifs qui s'y prêtent, afin de mettre fin à la règle grammaticale qui veut qu'au pluriel, le masculin l'emporte sur le féminin. Ainsi, le mot "amis" devient avec l'écriture inclusive "ami·e·s", ou encore "facteurs" devient "facteur·rice·s".


"On voit mal quel est l'objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d'écriture, de lecture, visuelle ou à voix haute, et de prononciation", se sont-ils insurgés. "Devant cette aberration 'inclusive', la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd'hui comptable devant les générations futures", ont-ils poursuivis. 

Sur LCI ce vendredi matin, l'académicien Jean-Marie Rouart a expliqué qu'il était lui-même féministe, mais qu'il considérait le combat "injustifié". "Là, je ne suis pas d’accord avec elles (ndlr : les féministes) parce qu'elles veulent entraîner la langue française dans leur combat. Mais la langue française n’y est pour rien, la malheureuse. Elle est dans un piteux état, et en plus on veut essayer de la détricoter pour essayer de lui ôter son caractère, disons machiste. Je crois que c’est une erreur, ce n’est pas ce combat là qu’il faut mener."

En vidéo

Jean-Marie Rouart : "Les féministes veulent entraîner la langue française dans leur combat, mais elle n’y est pour rien"

Nicolas Dupont-Aignan juge le combat pour l'écriture inclusive "débile"

Nicolas Dupont-Aignan, également invité de LCI ce vendredi matin, s'est lui aussi prononcé contre l'écriture inclusive. "On ne va pas ajouter des 'e' partout. C’est déjà assez compliqué pour nos enfants. Je crois que l’enjeu c’est d’apprendre à lire et à écrire correctement à nos enfants et pas de se disperser dans des polémiques stupides. Heureusement que la liberté des femmes, l’égalité des sexes n’a pas besoin de se nicher en rajoutant des 'e' partout. Heureusement que les femmes peuvent avoir leur place sans ajouter des 'e' à des mots alors qu’il y a des mots féminins. Alors les mots féminins, les hommes vont dire 'ah ben non c’est pas bien que ce soit des mots féminins'. Non mais est-ce qu’on peut arrêter les débilités permanentes ?" a déclaré l'ancien candidat à la présidentielle. 

En vidéo

Nicolas Dupont-Aignan sur l'écriture inclusive : "Est-ce qu'on peut arrêter les débilités permanentes ?"

Déjà un manuel scolaire en écriture inclusive

Comme d'habitude dans ce genre de débat d'idées, il y a les "contre" mais il y a aussi les "pour". A l'image du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes qui, à l'inverse, recommande vivement cette pratique. En 2015, cette instance consultative avait publié un guide incitant les pouvoirs publics à adopter une communication "sans stéréotypes de sexe". 


A l'époque, le sujet n'avait pas suscité la polémique. Jusqu'à ce que soit publié par les éditions Hatier le manuel Magellan et Galilée - Questionner le monde, destiné aux écoliers de CE2, et rédigé en "écriture inclusive". On y lit que "grâce aux agriculteur·rice·s, aux artisan.e.s et aux commerçant·e·s, la Gaule était un pays riche". Il n'en fallait pas plus pour provoquer l'ire de nos académiciens.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter