Villeurbanne : un médecin accusé d'avoir violé sa patiente

Villeurbanne : un médecin accusé d'avoir violé sa patiente

FAIT DIVERS - Un médecin urgentiste de la clinique du Tonkin aurait abusé d'une patiente handicapée. Le praticien aurait mal interprété le comportement de la jeune femme.

Ce dimanche 15 juin, l'équipe des urgences de la clinique du Tonkin à Villeurbanne ne chôme pas. Parmi les patients, une femme de 34 ans se présente à l'accueil pour de fortes douleurs au ventre. Quelques minutes plus tard, un médecin vient l'examiner. Constatant les symptômes, il décide de pratiquer un examen gynécologique.

Dans le box des urgences, le praticien se retrouve donc seul avec sa patiente. Selon le journal Le Progrès , l'urgentiste de 50 ans effectue un premier examen avec des gants, avant de les retirer. Souffrant d'un handicap mental, la jeune femme pense bénéficier d'une consultation normale. Après ce premier acte déplacé, le praticien emmène la jeune femme dans une chambre pour qu'elle se repose. Mais pas n'importe quelle pièce, sa chambre de garde.

Un sourire interprété comme une invitation par le médecin

Il se serait ensuite livré à des gestes intimes sur sa patiente. Vulnérable du fait de son handicap, la jeune femme a compris que la situation n'était pas normale lorsque le médecin s'est déshabillé pour mettre un préservatif. La jeune femme le repousse et met fin à cet "examen". Plus tard, elle raconte tout à ses parents, et dépose plainte contre le praticien. Placé en garde à vue ce mercredi 18 juin à la Brigade départementale de protection de la famille (BDPF), ce père de trois enfants a avoué les actes sexuels commis sur sa patiente. La raison de son comportement ? Le praticien pensait que la jeune femme était consentante.

Interprétant un sourire comme une invitation, le médecin assure ne pas avoir vu que sa patiente souffrait d'un handicap altérant ses facultés. Une explication difficile à croire compte tenu de sa profession. Celui-ci aurait été présenté ce jeudi 19 juin au parquet pour viol aggravé. Interrogé par Le Progrès, le directeur de la clinique du Tonkin, Eric Calderon veut éclaircir cette affaire, et " prendre les mesures appropriées". Avant de rassurer les futurs patients de son établissement : "C'est la première fois que ce genre d'événement se produit chez nous".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence dépasse le seuil d'alerte dans toutes les régions

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

Pass sanitaire, terrasses, obligation vaccinale... Ce que prévoit le projet de loi adopté par le Parlement

Normandie : l'alcool en cause dans l'accident qui a tué quatre adolescents de 16 ans

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.