Voyance en ligne : une veuve escroquée de 350.000 euros

Voyance en ligne : une veuve escroquée de 350.000 euros

JUSTICE – L’ex-gérant d’une société de voyance par téléphone était jugé mercredi à Nantes, accusé d’avoir soutiré 350 000 euros à une cliente.

Elle venait de perdre son mari d’un cancer. Elle cherchait un soutien. Elle a trouvé Jade, un médium d’un service de voyance téléphonique. Elle s'est mis à l'appeler très régulièrement. Mais cette belle relation a mal tournée. L'histoire est rapportée par Ouest-France ce jeudi.

La femme âgée d’environ 70 ans, habitant la région nantaise, est en effet devenue une fidèle de ces appels téléphoniques. Accro aux consultations. Petit à petit, se confiant sur sa vie, elle explique à Jade qu’elle possède une maison au Pays basque, qu’elle va mettre en vente. Voilà qui tombe bien : la médium connaît justement un spécialiste en placement financier, Maître Dana. Il les met en contact.

Une affaire de voyance pas très claire

Maître Dana appelle régulièrement la veuve, la presse, la convainc de lui confier une partie de son patrimoine, pour des investissements. La victime lui a ainsi versé, entre 2004 et 2008, d’énormes sommes, toujours en liquide : 50 000, 65 000, jusqu’à 100 000 euros. Elle remettait les billets à un coursier, venu du sud de la France. Au total, rapporte Ouest-France, elle a été délestée de 350 000 euros : le montant de la vente de sa maison. Et quand elle a voulu récupérer son argent… elle n’en a jamais revu la couleur.

Le hic : le fameux Maître Dana n’a jamais pu être réellement identifié par les enquêteurs, opérant par téléphone. Mais le principal suspect reste le gérant de la société de voyance. Il comparaissait mercredi au tribunal de Nantes. Mais il nie être le Maitre Dana, tout en reconnaissant avoir encaissé 10 000 euros de la veuve. Pourtant, la victime l’a reconnu comme étant venu plusieurs fois récupérer l’argent chez elle. Plus généralement, le tribunal le soupçonne d’être en cause dans d’autres affaires : de gros chèques ont été encaissés sur son compte, avec des clients au nom d’Yvette ou Suzanne évoquant des personnes âgées ou fragiles… Mais les preuves manquent. Le gérant a finalement été condamné à un an de prison avec sursis.

Plus généralement, cette société d’arts divinatoires, aujourd’hui fermée, employait 6 médiums, et devait faire de belles affaires : d’après Ouest-France, les clients payaient 60 euros les 20 premières minutes, puis 4 euros par minutes. Les conversations durant en moyenne 45 minutes, soit 160 euros, pour un millier de clients environ…
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - L'ONU "profondément inquiète" de l'escalade des violences en Israël et dans les territoires palestiniens occupés

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.