Websourd veut se faire entendre du gouvernement

Websourd veut se faire entendre du gouvernement

DirectLCI
SOCIETE – Websourd va lancer dans quelques semaines un dispositif qui permettra à des personnes sourdes de téléphoner de leur domicile. Le procédé pourrait être généralisé auprès des 5 millions de malentendants.

La société toulousaine a été retenue pour tester un centre relais pour les sourds. Un ordinateur équipé de l'application Elision et une webcam: voilà les outils dont vont disposer 500 personnes malentendantes qui entreront d'ici trois à quatre mois dans le "Centre relais pour les sourds".

"Durant un an, les volontaires pourront téléphoner via une plate-forme où des interprètes en langue des signes française (LSF) traduiront en simultané la conversation", explique Nicolas Picquet, responsable communication de Websourd.

Reconnaissance du travail de Websourd

"Cela fait dix ans qu'on travaille sur ce dispositif et qu'on attend ce moment, c'est une vraie reconnaissance de notre investissement", ajoute de son côté François Goudenove, PDG de la coopérative. Car à terme, l'idée est que le dispositif soit généralisé et étendu aux 5 millions de personnes présentant des déficits auditifs.

Il manque près de 4700 interprètes en LSF

"Mais avant tout il faut régler le problème du financement et du recrutement des interprètes", rappelle François Goudenove. Pour la partie financière, les opérateurs téléphoniques pourraient être sollicités sous la forme d'une taxe comme cela se fait déjà aux Etats-Unis.

Quant aux interprètes, c'est sans doute sur cette question que devront se porter les efforts: "Actuellement il y a 300 personnes capables de traduire la LSF, il en faudrait 5 000 si le dispositif est étendu", prédit le PDG de Websourd. Et si en plus de rendre service aux malentendants, la création de ce relais téléphonique pour les sourds suscitait des vocations et débouchait sur des emplois? 

Plus d'articles

Lire et commenter