Yanis, apprenti justicier de 15 ans, fait arrêter un cyber-pédophile présumé

Yanis, apprenti justicier de 15 ans, fait arrêter un cyber-pédophile présumé

DirectLCI
INTERNET - L'adolescent de 15 ans, résidant à Menton, a piégé, en quelques heures, un pédophile présumé de 53 ans rencontré sur le Web et a contribué, avec deux amis, à son arrestation. L'homme a reconnu devant les policiers les faits de "corruption de mineurs sur Internet".

C'est une idée un peu folle qui a animé Yanis, 15 ans. Mercredi 30 avril, après avoir discuté avec sa mère des dangers des rencontres sur Internet, l'adolescent résidant à Menton décide de "piéger un pédophile" sur Internet. L'affaire n'a pris que quelques heures au jeune justicier qui a raconté son aventure au j ournal Nice-Matin .

Habitué des réseaux sociaux, le jeune homme décide de s'inscrire sur un site de rencontres pour adultes, Coco.fr. "J'ai créé un faux profil avec un pseudo. Je ne me rappelle plus ce que c'était exactement, mais je sais qu'il y avait le chiffre 15 pour mon âge, et à la rubrique âge j'ai mis 18 ans, sinon l'inscription n'était pas valide. Ensuite, j'ai mis que j'habitais à Menton, raconte-t-il. Très vite, deux personnes m'ont envoyé un message privé. Une pour demander si je voulais dialoguer avec elle. L'autre m'a demandé si je voulais faire l'amour! Je lui ai répondu que j'étais mineur. Il m'a dit qu'il avait compris."

"Dépêche-toi, le temps tourne"

La conversation s'engage et Yanis ne se dégonfle pas. "Non, je n'avais pas peur.Ça m'amusait et puis je voulais vraiment piéger ce mec. Lui donner la honte de sa vie. Il m'a posé plein de questions. Quelle taille avait mon pénis, si je me rasais, quelles positions je préférais… Ça me faisait rire mais en même temps j'étais dégoûté. C'était bizarre comme situation", raconte-t-il un peu gêné.

L'homme lui envoie même une photo de son sexe à l'adolescent qui accepte de poursuivre la conversation par téléphone puis de le rencontrer le soir même dans le centre-ville de Menton. "Avant de raccrocher, il m'a dit: ""Dépêche-toi, le temps tourne". Et là il avait vraiment une voix bizarre", se souvient le jeune homme.

Prudent, Yanis décide de ne pas se rendre seul au rendez-vous et prévient son ami Sami. Les deux justiciers veulent "donner une bonne raclée à ce mec et lui faire peur !" Embarqués dans la voiture d'un autre ami, le trio de choc débarque au point de rencontre, observe l'homme qui attend près de sa voiture puis hésite.

"On n'avait pas peur"

Les trois amis et le quinquagénaire rencontré sur Internet décident finalement d'un point de rendez-vous plus proche de la gare routière. "On n'avait pas peur. On rigolait de voir ce mec galérer pour rien", se rappelle Yanis.

Mais Sami décide finalement d'appeler la police. "Parce que quand j'ai vu ce gars, j'ai compris que ça servirait à rien de lui casser la gueule. Il fallait aller plus loin", explique-t-il. Les policiers croient d'abord à une blague mais deux agents en civil se rendent malgré tout sur les lieux.

"On a expliqué aux policiers pourquoi on était là. Tout à coup, l'homme est rentré dans sa voiture pour repartir et c'est là qu'ils sont allés vers lui. Ils ont d'abord discuté avec lui, puis il y en a un qui est revenu vers nous et nous a dit : ''On va l'emmener au commissariat car il donne de drôles de réponses''. En fait, l'homme n'avait pas l'air de comprendre que j'étais un enfant."

"Quand je pense qu'en quelques heures, j'ai coincé un pédophile…"

Les trois justiciers accompagnent les policiers et leur victime au commissariat pour témoigner et retrouver leurs parents qui ignoraient tout de leur folle aventure. "Quand j'ai appris de la police [ce que son fils avait fait], une fois au commissariat, j'ai eu très peur. Et ma première réaction, ça a été de l'engueuler. Et je me suis dit mais qu'est-ce qui lui a pris ? Aujourd'hui, avec le recul de quelques jours, je peux dire que je suis fière de lui et de ses copains. Mais ce sont encore des enfants et ils ont pris des risques, ils se sont mis en danger", explique la mère de Yanis qui se dit encore inquiète. "Je n'en reviens pas de la facilité avec laquelle Yanis a pu entrer en contact avec un individu pareil", lance-t-elle.

Pour l'adolescent, l'aventure se finit bien mais le discours de sa mère sur les dangers des rencontres sur Internet semble aujourd'hui un peu plus concret. "Moi, je voulais juste piéger un pédophile. C'est tout. Quand je pense qu'en quelques heures, tout seul, j'en ai coincé un…", lâche celui qui est devenu un héros dans sa ville.

Plus d'articles

Sur le même sujet