Ils peuvent même servir à nettoyer les océans : les pouvoirs insoupçonnés de vos cheveux

Green

MULTIFACETTES - Au-delà de leurs atouts esthétiques, nos cheveux sont dotés d'incroyables propriétés. Ils sont non seulement très résistants, isolants, mais également... dépolluants. Dans le Var, le gérant d'un salon de coiffure s'est lancé dans leur collecte afin de nettoyer l'eau des ports français.

Fabriquer des filtres dépolluants grâce aux cheveux récoltés par les coiffeurs. Voilà l'idée, de prime abord saugrenue, de Thierry Gras, gérant d'un salon de coiffure à Saint-Zacharie, dans le Var. En 2015, il a fondé l'association Coiffeurs Justes dans le but de valoriser les cheveux une fois coupés. Car, représentant la moitié des déchets des salons de coiffeurs, ceux-ci ne sont pas recyclés. Un crève-cœur pour cet homme sensible à l'environnement.

Grâce à une subvention du programme européen "Leader", obtenue il y a 3 ans, le coiffeur a pu financer des études sur les différentes voies de recyclage. Avec l'aide de ses partenaires et des membres de l'association, il a mis en place un système de collecte. Dans des sacs en papier financés par les marques partenaires, les quelques 300 coiffeurs adhérents lui expédient les cheveux coupés. Thierry Gras les stocke ensuite dans un hangar, en attendant de trouver des entreprises intéressées pour les récupérer. Au total aujourd'hui, une tonne de cheveux n'attend plus qu'une chose : être recyclée. Et cela devrait bientôt pouvoir se réaliser puisque les premiers filtres capillaires à hydrocarbures devraient pouvoir être financés grâce à la candidature de l'association à un appel à projet lancé par l'organisme régional Fili Déchets.

Le cheveux, un aimant à graisses

L'idée de filtrer les hydrocarbures grâce aux cheveux n'est pas nouvelle. Grâce à plusieurs couches d'écailles, ils sont en effet capables de retenir les produits gras. Autrement, nous n'aurions pas besoin de les laver régulièrement. Selon l'association américaine Matter of Trust, qui utilise cette technique depuis une vingtaine d'années pour dépolluer l'eau, 50 grammes de cheveux suffisent pour absorber un litre de pétrole en une minute. Lors de la catastrophe de Deepwater Horison en 2010, elle avait lancé une récolte de cheveux et de poils d'animaux pour fabriquer des boudins flottants. Placés dans l'océan, ceux-ci avaient aidé à contenir les quelques 800.000 litres de pétrole qui s'échappaient de la plate-forme pétrolière, coulée après un incendie.

Grâce à l'appel à projets de Fili Déchets,  des filtres dépolluants devraient pouvoir être installés dans les ports de France. Ils permettraient non seulement de filtrer les hydrocarbures relâchés par les navires, mais aussi les huiles contenues dans les crèmes solaires, qui entravent le processus de photosynthèse des plantes marines en créant une fine pellicule à la surface de l'eau.

Dans les colonnes de Nice Matin, Thierry Gras indique par ailleurs avoir pris contact avec la société Vinci. "On pourrait équiper les bassins de rétention le long des autoroutes avec ces mêmes filtres", imagine-t-il.

Un isolant au poil

Tout comme la fourrure, les cheveux constituent un très bon isolant thermique. Chacun d'entre eux emprisonne en son cœur, grâce à sa forme cylindrique incompressible, une couche d'air isolant. Celle-ci évite, comme chez tous les animaux, la déperdition de chaleur. En Grande-Bretagne, une femme s'est ainsi lancée dans la rénovation de maisons avec des cheveux. Spécialisée dans les techniques ancestrales de construction, elle pensait d'abord utiliser les toisons de bétail à poil long, raconte dans un article The Telegraph. Mais ne trouvant pas assez de matière au sein des troupeaux anglais, elle s'est tournée vers les salons de coiffure. Incorporés dans le plâtre des murs, ils servent aussi bien d'isolant thermique et phonique que de renfort aux matériaux de construction.

Lire aussi

Une résistance à toute épreuve

Car, alors qu'il mesure en moyenne 80 microns d'épaisseur, le cheveu est un matériau très résistant. À lui tout seul, il peut soutenir une charge de 100 grammes, tandis qu'une chevelure toute entière peut théoriquement soulever 12 tonnes. Cette résistance s'explique par sa structure en poupée russe. Sous ses écailles se trouve le cortex, composé de petites fibres, les macrofibrilles. Elles contiennent en leur sein des fibres encore plus petites, les microfibrilles. À l'intérieur se trouvent des fibres encore plus petites, les protofibrilles, qui renferment, enfin des brins de kératines. 

Incorporé dans des matériaux, à l'image du plâtre, du béton ou encore du plastique, le cheveux permet donc de les renforcer considérablement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter