Prix EpE-LCI : ils ont mis du "green" dans leur entreprise, un collectif de salariés récompensé

Green
RÉCOMPENSE - La finale du concours 2019 Jeunes pour l’Environnement EpE-LCI a eu lieu ce jeudi au Pavillon de l'eau, à Paris. Le jury a décerné le premier prix à Quentin Bordet, fondateur du collectif "GoGreen" au sein de son cabinet de conseil.

Trois mois après le dépôt des candidatures, le suspense est levé. Ce jeudi, les quatre finalistes du prix Jeunes pour l’Environnement EpE-LCI 2019 sont venus présenter un à un, sur la scène du Pavillon de l'eau, à Paris, leur projet en rapport avec le thème "Travailler vert". 


Il s'agissait de quatre approches différentes du sujet. Guillaume Salesse, de la SCOP Merci René, a développé son ambition de créer des espaces responsables grâce à des meubles de seconde main. Adrien Rolland, chargé de l’innovation et de l’environnement chez Les Résidences Yvelines Essonne, a de son côté milité pour davantage d'éco-innovation au service du logement social avec un appartement témoin ouvert à tous (Res’Innov). Quentin Bordet, consultant au cabinet de conseil Boston Consulting Group, a fait connaître GoGreen, le collectif éco-responsable qu'il a mis en place au sein de son entreprise. L'ingénieure agronome Mélodie Moussallam, enfin, a partagé son envie de créer la plateforme Another Life, destinée à vendre, louer ou échanger des objets sur le lieu de travail. 


Après délibérations, c'est Quentin Bordet et son collectif qui ont été choisis pour recevoir le premier prix, soit la somme de 5.000 euros et une jolie plante verte. Nous avons pu discuter avec le vainqueur à la sortie de la cérémonie, qui était présidée par Claire Tutenuit, déléguée générale de EpE, et parrainée par Julien Vidal, YouTubeur engagé et auteur du livre "Ça commence par moi".

Du "bobo" de service à l'ambassadeur du changement

"Au-delà de la reconnaissance interne que nous avons gagnée au fil des mois, ce prix va nous permettre d'accéder à une reconnaissance extérieure. C'est important parce que cela va donner de la crédibilité aux personnes qui veulent, elles aussi, devenir ambassadrices du changement au sein de leur entreprise", se réjouit Quentin Bordet. 


Il y a un an et demi, cet écologiste convaincu décidait de monter le collectif "GoGreen" au sein de son cabinet de conseil pour promouvoir des habitudes plus vertes. "Pendant longtemps, mes collègues se sont un peu moqués de moi. Ils m’appelaient "le bobo" parce que je venais en vélo et que j’allais remplir ma gourde dans les toilettes du bureau", se souvient-il, amusé. Et d'assurer : "Mais il faut accepter que l'on se moque de soi et d’être un peu différent. Si on est sûr de ce que l’on fait, cela finit par intéresser et faire réfléchir les autres."


C'est ainsi que, force de conviction, d'humour et d'autodérision, le trentenaire a fini par convertir ses amis puis de plus en plus de collègues. Au sein de son entreprise, qui compte 800 collaborateurs, GoGreen compte aujourd'hui 66 personnes. "Nous avons réussi, grâce à la distribution de gourdes, à diminuer la consommation de bouteilles en plastique de 70% dans la société", nous assure-t-il. Et d'ajouter : "Nous avons aussi réduit les achats de viande de la cantine de 40% en poussant notre prestataire à proposer un plat végétarien par jour." Aujourd'hui, le collectif fait tout pour privilégier les déplacements en taxis électriques et tente de trouver des solutions, avec la direction, pour limiter les voyages en avion.

Quel futur pour GoGreen ?

À l'avenir, Quentin Bordet et ses collègues souhaiteraient pouvoir exporter leur modèle de réussite dans d'autres sociétés pour voir émerger un plus large mouvement. Pour l'instant, cependant, la manière n'est pas encore déterminée. "Cela pourrait être des conférences, des podcasts, des formats vidéo...", soulève le consultant.


À ceux qui souhaitent se lancer, il conseille : "Quand on commence, il faut choisir des sujets sur lesquels le changement ne sera pas trop fort. Passer d’une bouteille plastique à une gourde, ça va. Ne plus envoyer de mails, c’est compliqué. Il ne faut pas non plus se dire qu’on va arriver à convaincre tout le monde d’un coup. Il faut plutôt viser les 10 à 15% des collègues qui seraient plutôt moteurs du changement. Les plus réticents arriveront plus tard."

Classement du prix Jeunes pour l’Environnement EpE-LCI

Premier prix : Quentin Bordet pour GoGreen

Deuxième prix : Guillaume Salesse pour Merci René

Troisième prix : Adrien Rolland pour Res’Innov

Quatrième prix : Mélodie Moussallam pour Another Life

En vidéo

Infographie : les Jeunes et l'écologie

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site dédié http://www.epe-asso.org/prix-epelci-2019/ ou la page Facebook https://www.facebook.com/prixepelci/

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter