Re-végétaliser les villes grâce à de grands parasols de plantes, le défi d'Urban Canopee

Green

DU VERT DANS NOS VILLES - Elles étaient une centaine à participer au Tech Challenge, un concours visant à récompenser des entrepreneuses en matière d’action climatique et d’amélioration de la qualité de l’air. Deux ont été récompensées mercredi, à l'Hôtel de Ville de Paris en présence d'une dizaine de maires du monde entier. Nous avons rencontré l'une de ces lauréates, Élodie Grimoin, co-fondatrice d'Urban Canopee.

Pour sauver le climat, ils se sont donné rendez-vous mercredi 20 février à l'Hôtel de Ville de Paris. Dans les salons ornés de fresques et de dorures, une dizaine maires de grandes villes du monde se sont réunis pour le C40, un Sommet international dédié à la Justice climatique présidé par Anne Hidalgo. Ensemble, ils faisaient partie d'un jury pour le Tech Challenge, organisé par le Women4Climate, un concours mondial mettant à l'honneur les solutions climatiques innovantes imaginées par des femmes travaillant dans le domaine technologique.

En tout, plus de cent candidates avaient déposé leurs projets pour remporter ce concours. Seuls deux se sont vues récompenser mercredi. Elles recevront une bourse, tandis que leurs solutions seront mises en œuvre à Paris et à Tel Aviv. Nous avons rencontré Élodie Grimoin, l'une des vainqueures. Elle est co-fondatrice d'Urban Canopee, une start-up qui émane de l'école des ponts et chaussées développant des sortes de grands parasols végétalisés.

Réduire les îlots de chaleur et replacer le végétal au cœur de la ville

"Je suis passionnée par l'environnement depuis que je suis toute petite, j'ai toujours été citadine, et il me paraissait fondamental de se demander comment retrouver de la biodiversité là où nos villes sont de plus en plus denses, de plus en plus minéralisées. On ne peut pas déconstruire la ville pour la re-construire donc il faut faire avec ce qui est déjà fait", nous explique l'ingénieure. Après avoir été diplômée de l'école AgroParisTech, elle rejoint Urban Canopee pour concrétiser ses convictions. La start-up qui, initialement, bâtit des structures "légères et modulaires", végétalise ces dernières depuis 2016 "pour réduire les îlots de chaleur urbains, 'plugger' du vert dans les villes" et "restaurer la biodiversité".

Ces structures qui peuvent s'implanter là où aucun arbre ne peut pousser, ne nécessitant pas de profondes fondations, prennent la forme de grands parasols. Appelées Corolles, elles ne prennent qu'un mètre carré au sol pour 25 à 50 mètres carrés de surface végétalisée en hauteur.

Lire aussi

Un modèle destiné aux toitures, en forme de dôme, et des mini-Corolles sont désormais en train d'être développés. "Notre but, chez Urban Canopee, c'est en quelque sorte de ré-inventer les jardins suspendus de Babylone dans les villes", nous assure Élodie Grimoin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter