5G : Apple siffle le début des hostilités en dévoilant quatre nouveaux iPhone

Tim Cook lançant la nouvelle génération d'iPhone compatibles 5G
High-tech

KEYNOTE - Étendre la gamme des iPhone sous la bannière de la 5G, et creuser un sillon de l’audio domestique où il était distancé. Pour sa nouvelle conférence à distance, Apple a coché toutes les cases attendues, et tenu son rang, sans surprise(s).

En une heure d'une conférence ramassée et sans public pour cause de Covid, Apple a fait oublier ce mardi 13 octobre qu'il est le dernier des grands constructeurs à lancer ses smartphones compatibles avec la 5G, qui pourrait commencer à être déployée en France dans les prochains mois. Mieux encore, pour des pays comme la France et l'essentiel de ses voisins, où l'ouverture des premiers réseaux de nouvelle génération est encore récente ou attendue pour la fin de cette année, le "Good Morning!" de Tim Cook sonne comme le vrai début commercial de la 5G, comme si rien de tout cela ne pouvait se faire sans lui... on est Apple ou on ne l'est pas. 

L'enjeu est bien réel : pour les analystes, le nouveau réseau pourrait lancer un nouveau "supercycle" de renouvellement du parc de smartphones au fur et à mesure de son déploiement, dans les trois années à venir. Une opportunité teintée d'inconnu : le succès pourrait dépendre de l'avenir d'Apple en Chine, le plus grand marché du smartphone au monde, où un appareil sur deux vendu au second trimestre était déjà compatible 5G. Un marché compliqué pour la firme de Cupertino par la guerre commerciale qui oppose le pays aux États-Unis, sans que l'on sache encore comment l'élection américaine à venir pourrait faire évoluer la situation. Dans l'année à venir, un iPhone sur cinq pourrait être vendu en Chine.

Lire aussi

Du "Mini" au "Pro Max", l'iPhone étend sa gamme

Pour occuper tous les segments du marché, Apple a cette fois étendu la gamme de ses iPhone, et fait coïncider l'arrivée de la 5G avec une évolution du design de ses appareils, qui retrouvent les bords plats en aluminium des iPhone 4 et 5. D'un côté l'iPhone 12, dans cinq couleurs dont certaines inédites, comme le bleu et un vert pastel, également décliné dans une nouvelle version, l'iPhone 12 Mini, où seul change la taille de l'écran, à 5,4 pouces de diagonale contre 6,1 pouces. De quoi s'arroger le titre de smartphone 5G "le plus fin et le plus léger du marché", mais forcément pas le moins cher : comptez 909 euros pour l'iPhone 12, et 809 euros pour l'iPhone 12 Mini.

À l'autre bout de la gamme, les iPhone 12 Pro et Pro Max. Ce dernier, avec son écran de 6,7 pouces, est le plus grand smartphone de l'histoire d'Apple. Tous deux intègrent un capteur Lidar, qui permet au smartphone de "voir" son environnement en 3D, comme Apple l'avait déjà fait pour son dernier iPad Pro. Un capteur intéressant pour la réalité augmentée, et pour l'efficacité de l'autofocus.

Processeurs, écrans, verre, caméras, tout change à l'intérieur

Techniquement, la gamme des nouveaux iPhone partage trois nouveautés majeures. D'abord, et comme pour chaque génération, un nouveau processeur, l'A14 Bionic, qui met Apple en position de force pour quelques mois au moins : il est aujourd'hui le seul à proposer un processeur mobile à gravure de 5 nanomètres, un tour de force technique qui permet de densifier le nombre de transistors du processeurs, et donc de gagner en puissance, sans compromettre la consommation électrique de l'appareil. Un gain de performance qui dope toutes les fonctions du smartphone, de l'affichage à la photo ou la vidéo.

C'est d'ailleurs ici que le haut de gamme frappe un grand coup. Ainsi, les iPhone 12 Pro et Pro Max offriront d'ici la fin de l'année la possibilité de prendre des clichés en RAW, le format non compressé de la photo professionnelle, mais en tirant quand même parti des fonctions de traitement d'image intégrées à l'iPhone. Un format baptisé "Apple ProRAW" qui ouvrira des possibilités de retouches infinies. Ils pourront aussi tourner des vidéos 4K en HDR, là aussi une première, permise par la puissance du processeur. Leurs prix aussi sont haut de gamme : à partir de 1.159 euros pour l'iPhone 12 Pro, et jusqu'à 1.609 euros pour le mieux doté des iPhone 12 Pro Max.

Autre nouveauté, du côté des écrans, qui seront désormais tous à technologie OLED, pour gagner en finesse, en contraste, et en consommation d'énergie. Au passage, toute la gamme gagne aussi en résolution d'affichage. Des écrans qui seront protégés par une nouvelle vitre, une technologie baptisée "Ceramic Shield" qu'Apple décrit comme étant le verre le plus solide de tous les smartphones du marché, promettant une résistance aux chutes quatre fois meilleure que les générations précédentes.

Plus écolos, des iPhone livrés sans chargeur, et sans écouteurs (sauf en France)

Pour réduire l'empreinte environnementale de ses smartphones, Apple a pris une décision singulière : à compter de cette génération, ils seront livrés sans chargeur. On trouvera bien un câble USB-C à Lightning, à connecter à l'ordinateur ou le chargeur de son choix. Apple explique que deux milliards de ses chargeurs sont déjà en service dans le monde, et que s'en passer permet d'économiser deux millions de mètres-cube de CO2 par an. Autre disparition : celle des écouteurs, pour les mêmes raisons, à un détail près : chez nous, la loi oblige les constructeurs à livrer des écouteurs avec leurs smartphones, la France fera donc exception à la nouvelle règle, quelque temps encore.

Une volonté de frugalité pas forcément sans arrière-pensée. Chargeurs et câbles font partie des accessoires qu'Apple vend avec les marges les plus confortables, même s'ils sont aussi disponibles partout ailleurs. Surtout, la nouvelle génération d'iPhone inaugure l'arrivée de MagSafe, une recharge sans fil où le chargeur se calerait seul au dos du smartphone, grâce à un support aimanté.

Un Homepod Mini à petit prix, pour revenir face à Google et Amazon

Hors iPhone, l'autre nouveauté du jour est une enceinte sans fil, une déclinaison plus petite et moins chère du HomePod dévoilé en 2017. Pour une fois, on pourra reconnaître à Apple d'avoir fait un effort sur le prix : 99 euros, pour une enceinte connectée discrète, au design élégant, qui existe en blanc et noir. Si on attend de l'entendre en vrai, Apple promet que le son qui en sort n'a rien de "mini", lui, grâce à un traitement sonore adapté en temps réel à ce que l'enceinte est en train de jouer. On pourra coupler deux enceintes pour un effet stéréo plus franc, ou les disposer dans la maison et jouer la même chose sur toutes ses enceintes.

Toute l'info sur

5G : le très haut-débit mobile va tout changer

Si Apple fait de tels efforts, c'est probablement pour revenir dans la course, tant face aux autres fabricants d'enceintes connectées qu'aux deux géants des assistants vocaux, Google et Amazon, face auxquels Siri faisait un peu pâle figure. D'où certaines nouveautés bienvenues et bien pensées : comme ses concurrents, le Homepod Mini pourra aussi jouer les interphones entre tous les appareils Apple de la famille, pour s'envoyer des messages vocaux d'une enceinte à l'iPhone, ou répondre de sa montre Apple Watch. De bon augure, surtout au moment où ces enceintes deviennent le cœur de la maison connectée. La HomePod Mini sera disponible à la mi-novembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

EN DIRECT - La situation est "hors de contrôle" : le constat amer de l'infectiologue Karine Lacombe sur LCI

Covid-19 : pourquoi les masques en tissu n'ont plus la cote auprès des Français

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent