5G : Huawei va installer une usine de production d’équipements en France

5G : Huawei va installer une usine de production d’équipements en France
High-tech

SEUL CONTRE TOUS – Malgré la pression américaine exercée sur l’Europe et l’embargo qui touche l’entreprise outre-Atlantique, Huawei fait front. Le géant chinois a annoncé l’installation de sa toute première usine de fabrication d’équipements 5G sur le Vieux Continent. Ce sera même en France… pays qui n’est pourtant pas enclin à céder aux sirènes de la firme.

Contre vents et marées. Huawei continue de tracer sa route en tentant de ne pas vaciller malgré tous les obstacles qui s'y posent. Interdite de commercer avec les entreprises américaines depuis juin, privée pour ses smartphones de tout système d’exploitation Android et paralysée dans l’implantation de ses antennes 5G un peu partout dans le monde, la firme de Shenzhen n’entend pas baisser les bras.

Jeudi, lors d’une conférence organisée à Paris, Huawei a annoncé l’installation prochaine d’un site de production d’équipements radios pour la 5G en France. Ce sera même la toute première usine du géant chinois en Europe.

Toute l'info sur

5G : le très haut-débit mobile va tout changer

Lire aussi

200 millions d’euros d’investissements et 500 emplois créés

"Ce site approvisionnera l'ensemble du marché européen, pas seulement celui de la France", a déclaré Liang Hua, le président du groupe. Ce n’est pas moins de 200 millions d’euros qui seront investis dans la création du site qui doit employer 500 personnes. En revanche, aucun lieu n'a été indiqué pour sa construction. Pas question de voir là "une offensive de charme" envers Emmanuel Macron, assure Huawei, alors que Paris avait récemment lancé un avertissement face à empiétement de la Chine dans l’économie de l’UE. 

"Nous l’avons toujours dit à nos partenaires chinois : s’il y a des installations critiques, des installations militaires, des zones nucléaires à proximité, nous mettrons un certain nombre de restrictions pour protéger nos intérêts de souveraineté", avait déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, sur RMC. 

Mais la France est aussi entrée dans la phase de déploiement de la connexion 5G sur le territoire et Huawei représente le plus grand producteur mondial d’équipements télécom pour cela, notamment les antennes nécessaires. Paris n’a jamais caché sa préférence pour le finlandais Nokia ou le suédois Ericsson, tout en laissant la porte ouverte à Huawei. Orange, principal opérateur en France, a récemment noué un partenariat avec les deux scandinaves pour déployer ses antennes 5G en France.

En vidéo

VIDÉO - Huawei Story : l'histoire de la marque chinoise en 5 dates

Les Etats-Unis mettent la pression sur l’Europe

Les Etats-Unis accusent Huawei de se servir de ce déploiement d’antennes pour espionner pour le compte du gouvernement chinois. En représailles, ils ont privé l’entreprise de commercer avec les géants de la tech américains et d’installer ses antennes sur son territoire. Ils tentent également de faire pression sur l’Europe pour refuser l’aide de Huawei, leader technologique du secteur, dans son déploiement de la connexion ultra-rapide, menaçant même de sanctions les récalcitrants.

 L’Australie et le Japon ont déjà cédé à la pression, le Royaume-Uni s’interroge, mais a partiellement donné son autorisation à la firme asiatique sur "les parties non sensibles" des infrastructures 5G. La France pourrait opter pour une position similaire. En revanche, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la Pologne et la Grèce ont annoncé que leurs opérateurs pourraient se fournir partiellement auprès de Huawei comme d’Ericsson et de Nokia. Fin janvier, l’UE a autorisé la participation de Huawei au déploiement de la 5G, mais sous conditions et selon des règles strictes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent