5G : votre forfait mobile va-t-il vous coûter plus cher ?

Une femme tient un smartphone 5G Huawei
High-tech

LE JUSTE PRIX - Alors que débutent les enchères autour des fréquences de la 5G, les opérateurs préparent déjà les forfaits qui iront avec. Si la tendance naturelle serait à une hausse des prix des abonnements, la France pourrait bien tenir son rang de "pays où le mobile est moins cher".

Un peu plus de deux milliards d'euros, c'est ce que devrait rapporter à l'État la mise aux enchères des bandes de fréquences 3,5GHz, celles sur lesquelles nos quatre opérateurs mobiles vont déployer leurs premiers réseaux 5G. Un processus très encadré : là où les enchères italiennes et allemandes avaient toutes deux passé la barre des six milliards d'euros, en France, le régulateur veut éviter les surenchères. Et pour cause : à côté du prix des fréquences proprement dites, l'Arcep, le gendarme des télécoms, compte assortir les licences d'obligations de couverture, pour continuer sa chasse aux "zones blanches", et s'assurer que la 5G ne soit pas le seul apanage des grandes villes.

En clair, pour les opérateurs, déployer la 5G sera un exercice coûteux, eux qui investissent déjà près de dix milliards d'euros chaque année dans l'entretien et l'extension de leurs réseaux. Des investissements qu'il faudra bien récupérer en bout de chaîne, sur la facture de l'abonné. Mais le pourront-ils ? La 5G sera-t-elle vendue chez nous plus cher que la 4G ?

À l'étranger, des tarifs comparables à la 4G

Pour le savoir, on peut commencer par jeter un oeil sur ce qui s'est passé ailleurs, dans les pays qui ont déjà ouvert leurs réseaux de nouvelle génération. L'expérience n'est pas très probante : à part la Suisse, où les opérateurs ont traité le nouveau réseau comme un produit de luxe, aux États-Unis et en Corée la surprime à la 5G est restée très mesurée. À Séoul, les quelques wons supplémentaires demandés pour les nouveaux forfaits se voient à peine en bas de facture, les opérateurs américains restant eux dans un mouvement d'hésitation. Là-bas, Verizon, premier opérateur du pays, avait commencé par ajouter une dizaine de dollars à chaque abonnement 5G, mais est depuis revenu sur sa décision.

Tous pays confondus, le souci des opérateurs, c'est que côté abonné, le fossé technique qui sépare la 5G de la 4G n'est pas immédiatement palpable. En offrant beaucoup plus de débit sur une même antenne, la 5G va d'abord éviter la saturation du réseau, et promettre une connexion plus stable à plus d'abonnés simultanés... un peu comme une 4G que l'on n'aurait pas à partager, mais loin d'un effet wow immédiat. Les nouveaux usages viendront plus tard. Pourtant, c'est dès le premier jour que les opérateurs voudront utiliser le lancement de la 5G pour conquérir de nouveaux abonnés. Et pour ce faire, il faudra des tarifs qui visent juste.

En vidéo

Le vrai du faux sur la 5G

En fait, il existe déjà chez nous des forfaits 5G... ou presque. Ils existent chez Bouygues Telecom, premier à publier un prix public, pour des forfaits "compatibles 5G", qui permettront donc l'accès au nouveau réseau quand il sera disponible... et à condition évidemment d'avoir un smartphone compatible. Après 12 mois de tarif promotionnel, comptez 30,99€ par mois pour 50Go de données, et 21,99€ pour 80Go. [N.B.: Bouygues Telecom et le Groupe TF1, dont fait partie LCI, partagent le même actionnaire principal.] Selon des indiscrétions relevées par nos confrères d'Igeneration, Orange préparerait une grille tarifaire comparable, entre 40 et 65 euros par mois, pour 70 à 150Go de données en 5G, avec même un forfait illimité à 95 euros. Des tarifs de forfait premium assez habituels, qui varient assez peu par rapport à l'existant, et qui surtout ne préfigurent pas forcément la bataille commerciale à venir. 

"Depuis deux ans, la guerre des prix est constante", nous explique Tariq Ashraf, consultant en télécoms au cabinet BearingPoint, "et la baisse des prix a fait baisser leur valeur perçue auprès des clients. Aujourd'hui, tous les opérateurs aimeraient utiliser le lancement de la 5G pour refaire, pour réaffirmer que leurs réseaux et que les gigas qu'ils proposent ont de la valeur.

Lire aussi

"Les opérateurs vont augmenter leurs tarifs, quelque peu", explique l'analyste. "En revanche, ils réserveront cette nouveauté à leurs forfaits premium, en offrant plus de données." Combien de temps ? Difficile à dire, tant la France a un marché mobile particulier. D'abord parce que les trois grands opérateurs ont chacun leur propre marque low-cost, Sosh pour Orange, RED pour SFR, et B&You pour Bouygues Telecom, tous créés en réaction à l'arrivée de Free, quand l'opérateur aiguillon jouait les casseurs de prix. Depuis, ce sont plutôt ces marques qui ont entretenu une guerre de tranchées, avec des forfaits jusqu'à 5 euros par mois. Une guerre des prix dont l'arrivée de la 5G pourrait signer une trêve... mais seulement de courte durée. "En fait, si leurs marques low-cost permettent de segmenter le marché, elles ne pourront pas éternellement rester bloquées en 4G. Et il suffira qu'un des opérateurs ne franchisse le pas pour que les autres suivent."

Toute l'info sur

5G : le très haut-débit mobile va tout changer

En vidéo

Document : dans les laboratoires qui testent les effets de la 5G

Seule pièce de l'équation sur laquelle on sait que le consommateur français partira un peu plus gagnant que les autres, le smartphone proprement dit. En se lançant plus tard que ses voisins, la France s'est laissé le temps d'attendre l'arrivée de la seconde vague des combinés 5G, dont les prix deviennent plus abordables. Si le nouvel iPhone compatible 5G ne devrait pas casser les prix, on trouve déjà chez certains grands constructeurs chinois des smartphones 5G sous la barre des 400 euros, là où les premières générations tournaient autour du millier d'euros. Le retard français n'aura donc pas que des inconvénients.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Fermeture de la mosquée de Pantin : "On est en train de tout mélanger", estiment les fidèles

EN DIRECT - Assassinat de Samuel Paty : Marine Le Pen veut "des lois d'exception"

CPF : attention, vous risquez de perdre vos heures de formation !

EN DIRECT - Covid-19 : Edouard Philippe entendu aujourd'hui par la commission d'enquête

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent