Accident mortel en Tesla : aucun défaut du pilotage automatique, une erreur d'inattention du conducteur en cause

High-tech

BLANCHI - Les autorités américaines ont annoncé jeudi le classement sans suite de l'enquête ouverte sur le système de pilotage automatique Autopilot de Telsa, faute d'avoir détecté un défaut du logiciel à la suite de l'accident mortel en mai dernier. Celui-ci serait dû à une erreur d’inattention du conducteur.

Les soupçons pesant contre le système Autopilot de Tesla viennent d’être balayés. Le logiciel d’assistance à la conduite n’est pas responsable de l’accident ayant provoqué la mort d’un automobiliste américain le 7 mai dernier, lorsque sa voiture est entrée en collision avec un poids lourd. Si le pilotage automatique était bien enclenché, c’est une erreur d’inattention du conducteur qui a provoqué le drame, a révélé l’agence fédérale de la sécurité routière (NHTSA).

Selon le porte-parole de l’agence Bryan Thomas, les enquêteurs "n’ont pas identifié de défaut ni sur la conception ni dans les performances des systèmes de freinage d’urgence d’Autopilot ni d’incidents au cours desquels ces systèmes n’ont pas fonctionné correctement". Pour lui, l’accident du 7 mai est lié à un "nombre de facteurs humains".

Lire aussi

Le conducteur a eu sept secondes pour réagir

Lors d’une conférence téléphonique rapportée par 20 Minutes, Bryan Thomas annonce que le conducteur a eu sept secondes pour réagir en voyant le poids lourd en travers de la route. A l’époque du crash, un témoin avait assuré à l’agence AP qu’il était en train de regarder un film d’Harry Potter au moment de la collision. Or, le conducteur est censé garder les mains sur le volant malgré l’enclenchement de l’assistance au pilotage.

Le fondateur et dirigeant de Tesla Elon Musk s'est réjoui de la conclusion de l'enquête et a rapidement réagi sur Twitter en avançant une diminution de 40% des accidents concernant les voitures Tesla après l'installation du système d’auto pilotage.

L’Autopilot est un logiciel dont les capteurs, sonars, caméras et autres technologies permettent aux voitures de la marque d’effectuer des manœuvres (comme freiner en cas de danger) sans nécessiter l’action du conducteur. Des images partagées sur internet illustrent son fonctionnement dans le trafic (voir la vidéo plus bas).

En septembre dernier, Tesla avait amélioré son Autopilot en accentuant l’utilisation de radars et en le rendant capable de fonctionner sous la pluie, le brouillard et la neige.

En vidéo

Buzz : Une Tesla Model S évite un carambolage

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter