Fonctions, utilisation, sécurité des données : on fait le point sur les assistants vocaux

Fonctions, utilisation, sécurité des données : on fait le point sur les assistants vocaux

TECH
DirectLCI
TECHNO - Alexa, l’ogre d’Amazon, devrait prochainement faire son apparition sur le marché des assistants vocaux en français intégrés à des enceintes connectées, là où Google Home régnait en seul maître jusqu’à présent. Une arrivée qui devrait précéder ou être précédée de peu par celle d’HomePod, l’enceinte connectée dotée de Siri d’Apple. Ne pourra-t-on bientôt plus se passer de tous ces systèmes dans nos maisons ?

"Ok Google, dis-moi quel temps il fait !" "Alexa, rappelle-moi de passer chez le fleuriste.""Dis Siri, mets le chauffage sur 20°C." "Cortana, à quelle heure est mon prochain rendez-vous ?" Des questions auxquelles peuvent désormais répondre les assistants vocaux qui envahissent petit à petit nos intérieurs pour nous venir en aide au quotidien. Ce nouvel assistant personnel intelligent n’est en fait qu’une application logicielle capable de reconnaître notre langage et de répondre en adaptant son propos à différents éléments trouvés ou appris.


Sur ce marché, la France est un peu en retard par rapport aux Etats-Unis ou à l'Asie. Si Siri fut le premier à tourner sur les iPhone et Cortana sur les appareils Windows, Google a depuis pris une longueur d’avance dans l’Hexagone en lançant son Google Home, un haut-parleur connecté, doté d’un assistant vocal qui peut à la fois répondre à vos questions et piloter votre maison. Selon une étude réalisée par OpinionWay pour Miliboo*, le fabricant de meubles qui se lance dans le mobilier connecté, 71% des Français ont déjà entendu parler des assistants vocaux intelligents. Si 22% aimeraient en avoir un chez eux, ils ne sont finalement que 2% à avoir déjà sauté le pas. Près de deux sur cinq s’y refusent catégoriquement (37%). Les populations les plus technophiles sont les plus réceptives à l’innovation (catégories plus aisées, de moins de 50 ans) et les plus grandes utilisatrices d’assistant vocal, même si elles ne représentent cependant que 6% des sondés.

Bien choisir son assistant vocal

On est encore loin du cinéma qui donne une âme à un assistant vocal (Her de Spike Jonze ou encore 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick). Le premier outil de reconnaissance vocal date des années 1960 et avait été lancé par IBM avec une vingtaine de mots et de chiffres reconnus. Trente ans plus tard, IBM Simon apparaît sur le premier téléphone mobile comme assistant virtuel intelligent. Mais c’est Siri lancé sur l’iPhone 4s d’Apple en 2011 qui démocratise l’échange vocal entre un appareil mobile et notre voix. Les assistants personnels intelligents connaissent un boom depuis 2015, aussi bien en termes de volume d'utilisateurs que de chiffre d'affaires qui devrait être multiplié par trois d'ici 2021.

Quels sont les assistants vocaux disponibles ?

Sur le marché des assistants vocaux, la palette est plutôt large, mais ils n’ont pas tous le même but ni le même support. Parmi les ténors, on trouve Alexa d’Amazon et Siri d’Apple. Google a donné naissance à Google Now (smartphone et tablette) et Google Assistant (Google Allo, Google Home, Google Pixel), même si les deux tendent à fusionner. Mais il faut aussi compter sur Cortana, lancé par Microsoft, Watson d’IBM, Bixby de Samsung qui n’a cependant pas encore appris le français, et bien d’autres encore.


Disponible dans quelques semaines en français, Alexa est l’assistant vedette des objets connectés. Aux Etats-Unis, pionnier sur le marché fin 2014, il domine outrageusement grâce à une large gamme d’appareils Amazon Echo (enceintes connectées, écrans tactiles, réveil, ampoule, etc.), mais aussi en étant intégré chez de nombreux partenaires. A travers le monde, 88% des objets connectés avec assistant vocal vendus en 2016 étaient des Amazon Echo.

Que font-ils ?

Les assistants vocaux permettent aussi bien d’échanger vocalement avec son appareil pour lui dicter des messages, obtenir des infos (trafic, météo, news, etc.), lui demander de nous rappeler des rendez-vous, faire des recherches sur internet, que de gérer les infos au sein de la voiture, ou encore lancer de la musique ou bien des films. Mais là où ils ont désormais pris une dimension supplémentaire, c’est dans leur apport à la maison connectée. Les appareils avec assistant vocal sont devenus des hubs domotiques qui centralisent commandes et connexions.


Parmi les fonctionnalités les plus recherchées, selon les personnes sondées par OpinionWay, on trouve des choses qui paraissent assez simple (se faire réveiller, lancer la musique, trouver des informations, rechercher sur internet…), mais aussi la gestion de la maison connectée ainsi que l’aide à domicile pour les personnes plus âgées. Ces dernières ont d'ailleurs fourni aux fabricants d'objets connectés un nouveau champ d'intervention vocal qui ne cesse de croître. Faire la conversation n’apparaît comme une nécessité que pour 17% des 18-24 ans et 3% des 65 ans et plus.

Lequel choisir ?

Siri porté par Apple fonctionne actuellement sur les iPhone et iPad pour toutes ces actions, mais aussi piloter les objets connectés compatibles de la maison. D’ici la fin du printemps, l’enceinte HomePod devrait venir concurrencer Google Home en France. De ce que nous avons pu tester, elle offrira, à la différence de ses concurrents, une qualité de son impressionnante pour la musique, mais elle permettra aussi de commander la maison de la voix et d’échanger avec Siri. L’assistant vocal sert aussi dans les voitures équipées d’Apple Car Play.

Si Google Assistant/Now a été lancé via les applis maison ou les smartphones depuis longtemps, ou encore dans les véhicules avec Google Play Car, Google Home n’est disponible que depuis 18 mois en France. En plus des fonctionnalités traditionnelles, il peut piloter les objets connectés de la maison (ampoules, thermostat, interrupteur, musique, contenus multimédia, etc.). Google Assistant a tenté d’ouvrir son écosystème pour séduire d’autres fabricants et on voit apparaître des enceintes connectées qui en sont dotées (Onkyo, Sony, Sonos One, etc.). Petit plus non négligeable : Google Assistant peut différencier les voix et donc adapter ses réponses selon son interlocuteur (agenda, contacts, sources d’informations…). Plusieurs marques sont compatibles avec Google Home pour rendre leurs produits ou services accessibles à la voix (Deezer, Radio France, Netflix, Monoprix…). Et vous pouvez même désormais payer avec depuis votre smartphone.


Alexa offre les mêmes possibilités que Google Home, en y ajoutant la force des services Amazon (achats en ligne, livres audio, Amazon Music, etc.). L’assistant va faire des listes de tâches, lire aussi des podcasts ou livres audio. La force d’Alexa réside dans son avance avec les produits et d’avoir su être le premier à ouvrir son écosystème. A son arrivée en France, de nombreux produits connectés existants vont s’enrichir d’un assistant vocal déjà prévu, mais en sommeil jusque-là.


Plus discret, Cortana se retrouve sur tous les appareils sous Windows 10, mais aussi sous forme d'appli sous iOS ou Android. Il est encore peu utilisé malgré son efficacité prouvée dans les réponses, plus précises que celles de Siri selon plusieurs tests. Si le nombre d’ordinateurs proposant Cortana est conséquent dans le monde, l’assistant de Microsoft ne profite pas d’un parc de smartphones et tablettes compatibles conséquent ni du soutien d’objets connectés. Cortana se focalise sur les infos renseignées par l'utilisateur auquel elle demande l'autorisation de lire les mails ou de consulter son agenda, à la différence de la concurrence. Et cette véritable "assistante" peut aussi traduire un texte oralement dans une autre langue à la demande, tenter de prononcer correctement votre prénom ou savoir à quelle heure elle peut vous déranger.

Sécuriser ses données

Si les assistants vocaux, ou du moins leur usage, peinent à se généraliser, c’est avant tout parce qu’ils suscitent encore quelques inquiétudes. A commencer par la peur de se faire pirater ses données personnelles (47%) ou de ne pas savoir maîtriser la confidentialité de leurs données via l’appareil (42%), souligne le sondage OpinionWay pour Miliboo*. Un sondé sur trois est gêné par l’idée d’être écouté en permanence, ce qui est autant que le nombre de Français qui craignent d’en devenir dépendant. Le plus étonnant : 18% ont peur que leur assistant vocal devienne fou et incontrôlable, ce qui paraît aujourd’hui peu probable.


Amazon Alexa et Google Assistant ont dû faire face à plusieurs grondes d’utilisateurs qui estimaient être écoutés et enregistrés à leur insu. Soyez rassurés : même s’ils sont dotés de micros, Google Home ou encore Alexa Echo ne font en fait pas grand-chose. Ils écoutent certes, mais n’enregistrent que si vous prononcez les phrases magiques (OK Google ; Eh Alexa). Et il est possible de supprimer les fichiers data stockés sur le cloud depuis vos comptes utilisateurs. Mais en ayant bien à l’esprit que cela dégradera l’expérience de l’assistant vocal dont le modèle est conçu pour apprendre de vous et de vos attentes. De son côté, Apple ne cesse de clamer que les utilisateurs de ses produits n'ont rien à craindre pour leurs données s'ils utilisent Siri. Car celles-ci ne sont stockées sur aucun cloud, mais cryptées dans le smartphone et donc inaccessibles, inutilisables même pour la marque à la pomme.

En vidéo

Données personnelles : le trésor le plus convoité du 21e siècle

La Commission Nationale Informatique et Libertés (Cnil) a publié un guide pour prendre ses précautions face aux enceintes intelligentes et notamment sur les requêtes prononcées qui sont systématiquement enregistrées sur votre compte. Quelques gestes de base restent précieux pour assurer la confidentialité de ses données : débrancher l’appareil si vous ne vous en servez pas ou le mettre en sourdine et changer fréquemment le mot de passe, sans oublier de toujours le mettre à jour.

*Sondage réalisé auprès d’un échantillon de 1.016 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter