Amazon creuse un peu plus ses pertes et perd 10 % en bourse

High-tech

BUSINESS – Avec plus de 400 millions de dollars de pertes, Amazon a été durement sanctionné par la bourse de New York. De quoi remettre pour la première fois en question une stratégie d'investissement en forme de fuite en avant.

"Jeff Bezos dirige une organisation caritative plutôt qu'une entreprise" : voilà l'une des réactions – en l'occurrence celle du site d'information financière 24/7 Wall St. – aux résultats d'Amazon pour le dernier trimestre fiscal (de juillet à septembre). La société de Seattle (Etat de Washington) a en effet affiché une perte de 437 millions de dollars sur cette période, soit une multiplication des pertes par dix en seulement un an. D'importants investissements et l'échec du téléphone Fire Phone sont en cause.

Pourtant Amazon a réussi à augmenter son chiffre d'affaires de 20 %, à 20,6 milliards, cependant légèrement inférieur aux prévisions. Jusqu'à présent, Jeff Bezos, le patron du groupe, avait été épargné par Wall Street qui soutenait sa forte stratégie d'investissement, tant que son chiffre d'affaires continuait à augmenter. Cette fois-ci, la bourse de New York a douté en infligeant au titre une chute de 10 %, soit une perte de 20 % de sa valeur depuis le début de l'année.

La fuite en avant de l'investissement

Historiquement, la société a en effet investit l'essentiel de ses revenus dans de nouveaux projets. Mais rien que sur le dernier trimestre, ce sont 21,1 milliards de dollars qui ont été dépensés sur ce poste. Amazon a été effectivement très actif : rachat du site Twitch (consacré aux jeux vidéo), lancement de 5 nouvelles tablettes, multiplication des points de retrait d'achats alimentaires dans plusieurs villes américaines et pénétration du marché indien.

Le groupe a également dépensé 2 milliards de dollars dans la SVOD pour faire face à Netflix et a ouvert deux nouveaux centres de données en Allemagne pour soutenir son offre de cloud computing. Enfin, Amazon n'a pas eu d'autre choix que de reconnaître que son smartphone, le  Fire Phone , est loin d'être un succès. Sur les trois dernier mois, cette nouvelle aventure lui a coûté la modique somme de 170 millions de dollars.

Une stratégie risquée qui a finalement conduit Amazon à emprunter 2 milliards de dollars auprès de Bank Of America. Sans réel espoir que les ventes de Noël compensent cette politique : le groupe s'attend à une croissance de 7 à 18 % sur cette période, quand les analystes tablaient plutôt à 20 %. Quand ça veut pas, ça veut pas.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter