Apple Music : comment Taylor Swift a fait plier Apple

Apple Music : comment Taylor Swift a fait plier Apple

MUSIQUE EN LIGNE — Un simple billet publié sur Tumblr par Taylor Swift a fini par convaincre Apple de faire machine arrière. La société paiera finalement aux artistes les trois mois d’essai gratuits proposés aux utilisateurs lors de l’ouverture d’Apple Music. Apple avait dans un premier temps négocié avec les majors, l’exonération de royalties durant cette période.

Il aura suffi de moins de 24 heures à Taylor Swift pour faire changer d’avis Apple. La chanteuse américaine de 25 ans, star de la country pop aux Etats-Unis, avait publié ce 21 juin un billet sur Tumblr . Elle y exposait notamment son désaccord sur l’absence de rémunération des artistes pendant les trois mois d’essai offerts par Apple aux premiers utilisateurs de son service de streaming musical qui ouvrira le 30 juin prochain.


“Nous connaissons le succès astronomique rencontré par Apple et nous savons que cette incroyable société a l’argent pour payer les artistes, auteurs et producteurs pendant les trois mois d’essai… même s’ils sont gratuits pour les fans”, explique-t-elle. Derrière la superstar Taylor Swift, plusieurs labels indépendants avaient protesté contre ces conditions, notamment un groupement rassemblant 1 300 d’entre eux en Allemagne .

Quand le vice-président d’Apple appelle Taylor Swift

Quelques heures après, le vice-président d’Apple en charge d’Apple Music, Eddy Cue, annonçait sur son compte Twitter que la société faisait finalement machine arrière : “Apple Music paiera les artistes pour le streaming, même pendant la période d’essai gratuite des clients”. Dans une interview auprès d’Associated Press , Eddy Cue explique l’avoir appelé en personne le dimanche même pour en discuter. “Quand je me suis réveillé ce matin et que j’ai lu le billet de Taylor, cela a vraiment renforcé le fait que nous devions faire un changement”, précise-t-il.


Cette période d’essai durant laquelle Apple ne verserait aucune royaltie aux ayants droit avait déclenché la stupéfaction des labels et artistes indépendants. Négociées auprès des majors, sans le consentement des indépendants, ces conditions étaient en contradiction avec la réputation de bon payeur d’Apple depuis la création de l’iTunes Store.

Avec des taux de reversement de 71,5 % aux Etats-Unis et 73 % (sur les 10 dollars d’abonnement) dans le reste du monde, pour son nouveau service de streaming, Apple faisait même mieux que le reste du secteur (70 % en moyenne). Il n’en fallait pas plus aux indépendants pour mettre en avant la trésorerie de 178 milliards de dollars dont Apple dispose. Largement de quoi leur payer trois mois de royalties.

EN SAVOIR +
>> Apple Music : où iront vos 10 euros mensuels d’abonnement ?
>> Apple Music : 11 questions que vous vous posez sur le nouveau service de streaming
>> Suivez toute l'actualité d'Apple sur metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Lire et commenter