Apple présente Daisy, son nouveau robot "désosseur" d’iPhone

Apple présente Daisy, son nouveau robot "désosseur" d’iPhone

High-tech
DirectLCI
ENVIRONNEMENT - La firme à la Pomme se donne pour objectif de ne plus extraire de minerais pour ses iPhone, en recyclant les appareils existants. Pour ce faire, elle vient de dévoiler robot nommé Daisy.

Quand on parle d’écologie, peut-être plus que dans n’importe quel autre domaine, il y a le discours et les actes. Pour ce qui est du discours, on sait qu'Apple, passé maître dans l’art de communiquer, est bien rodé. Aucune chance que le prochain iPhone soit un smartphone recyclé. Mais ce vendredi 20 avril, à la veille de la Journée de la Terre, le constructeur américain de smartphones et d'ordinateurs a dévoilé son rapport annuel de "Responsabilité environnementale". Profitant de cette date symbolique, la marque a annoncé la mise en service prochaine de Daisy. Ce robot "désosseur" d’iPhone, censé rendre la pomme d’Apple plus verte, doit succéder à Liam, le premier robot de démontage, qui avait été lancé en 2016 par l’entreprise américaine.

Plus concrètement, Daisy est une chaîne entièrement automatisée. Grâce à ses bras mécaniques, elle est capable de démonter en un temps record "jusqu’à neuf modèles d’iPhone différents" - iPhone 5, iPhone 5s, iPhone SE,  iPhone 6, iPhone 6 Plus, iPhone 6s, iPhone 6s Plus, iPhone 7, iPhone 7 Plus - à une "cadence de trois appareils à la minute". 

Puis, de trier les composants et de récupérer les métaux rares et précieux, en vue de les réutiliser dans la fabrication de nouveaux produits. Le constructeur américain précise que son nouveau robot, qui a été développé en interne, "peut récupérer des matériaux dont les recycleurs traditionnels sont aujourd’hui incapables - et dans un meilleur état".

En quelques secondes, son bras robotisé retire la dalle de verre, l'adhésif et les vis du boîtier des iPhone, tout en laissant les capteurs Touch ID, les métaux, les composants audio et les circuits imprimés intacts. Autre avantage, comme le souligne Apple, l’usage d’un robot permet d’éviter que des employés soient en contact avec de vieilles batteries potentiellement dangereuses. L’an dernier, pas moins de 2,4 millions d'iPhone ont pu être recyclés, souligne l’entreprise américaine dans son rapport annuel. 

En vidéo

Le smartphone que vous avez dans votre poche est un désastre écologique pour la planète !

Lithium, étain, coltan, cobalt, argent, cuivre, or, platine, palladium, cuivre, aluminium, etc. Si l’emballage des iPhone donnait leur composition, la liste des produits serait longue. Les téléphones mobiles de nouvelle génération sont fabriqués à partir de minerais rares, dont l’extraction a un impact particulièrement néfaste sur l’environnement. Chaque année, des millions d’iPhone finissent par être jetés à la décharge quand ils ne fonctionnent plus. Pour remédier à ce problème, la firme à la pomme propose depuis quatre ans maintenant un service permettant d’échanger son vieil iPhone contre un crédit d’achat ou de le faire recycler gratuitement.


De manière globale, Apple indique dans son rapport 2018 sur l’environnement avoir réduit son "empreinte carbone globale à 27,5 millions de tonnes de gaz à effet de serre ... contre 29,5 millions de tonnes en 2016". La firme assure même que l’ensemble de ses data centers est alimenté grâce aux énergies renouvelables (vent, eau, solaire, etc.), tout comme 96 % de ses infrastructures.

A terme, l'objectif d'Apple est d'atteindre une "chaîne d'approvisionnement en boucle fermée" où tous les produits de l'entreprise sont fabriqués à partir de matériaux recyclés ou renouvelables. Un projet ambitieux annoncé l’an dernier par l’entreprise américaine et salué en octobre dernier par l’ONG Greenpeace, qui espère que le géant américain des nouvelles technologies fera des émules parmi ses rivaux, Samsung, Huawei et Microsoft. Cependant, l’association pointe également le fait qu’il est surtout primordial "pour Apple et d’autres grandes entreprises informatiques de concevoir des produits qui durent et sont faciles à réparer". Chose pour laquelle la marque américaine est loin d’être irréprochable. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter