Apple réfute toute collaboration avec la NSA

Apple réfute toute collaboration avec la NSA

DirectLCI
SÉCURITÉ – Après les informations publiées par un magazine allemand, Apple précise n'avoir jamais collaboré avec l'agence de renseignement américaine. Cette dernière aurait mis au point dès 2008 un programme permettant de prendre le contrôle d'un iPhone.

Apple nie tout en bloc. La société américaine vient de démentir dans un communiqué les informations du magazine allemand Der Spiegel . Elle affirme n'avoir jamais collaboré avec la National Security Agency (NSA) américaine. L'article en question affirmait que la NSA avait mis sur pied un programme, jusqu'ici tenu secret, permettant de prendre le contrôle d'un iPhone. Et cela dès 2008, soit moins d'un an après la sortie du premier modèle.

Le groupe californien précise qu'il n'a "jamais travaillé avec la NSA pour installer des "backdoor" dans aucun de ses produits". Cette "backdoor" est une sorte de porte dérobée permettant d'accéder à un système informatique sans que l'utilisateur s'en rende compte. "Nous ne sommes pas au courant du programme incriminé de la NSA qui viserait nos produits", ajoute Apple.

Activation du micro et de la caméra

"La sécurité et la confidentialité des données de nos clients sont très importantes pour nous. Notre équipe travaille en permanence pour rendre nos produits encore plus sûrs et permettre à nos clients de mettre à jour plus facilement leurs logiciels", conclut la firme à la pomme.

L'article du Spiegel, basé sur les informations fournies par l'ancien agent de la NSA Edward Snowden, fait état d'un programme baptisé "DROPOUTJEEP". Celui-ci permettrait à l'agence d'intercepter les SMS, d'avoir accès aux listes de contacts, de localiser le terminal, d'accéder à la messagerie vocale et d'activer le micro et la caméra d'un iPhone.

Il existe toutefois une nuance de taille, il est impossible pour la NSA d'installer ce programme à distance. Il lui faut donc un accès physique et direct à l'iPhone pour y parvenir. Difficile dans ces conditions d'utiliser ce système de manière massive, comme cela a pu être le cas dans d'autres systèmes de surveillance de l'agence américaine.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter