Apple : trois raisons (au moins) qui expliquent le rachat de Beats

High-tech

SILICON VALLEY – Trois milliards de dollars, c'est la somme astronomique dépensée par Apple pour mettre la main sur la société Beats Electronics, connue pour ses casques audio tendance. Pourquoi un tel deal ? Metronews tente d'y répondre, en trois points.

Metronews s'en faisait l'écho il y a quelques jours : pour 3 milliards de dollars, Apple a bien mis la main, mercredi, sur la société musicale Beats Electronics, propriété, notamment, de l'ancien rappeur américain Dr Dre. Ce rachat - record pour la marque à la pomme - n'est pas allé sans interrogations dans les milieux spécialisés. A l'heure où le chèque est désormais signé, voici trois raisons qui permettent de mieux comprendre ce deal à dix chiffres.

1. Apple se lance dans la bataille de la musique en streaming
Publié au mois de mars, le rapport annuel de la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI) ne laisse pas de place au doute. En constante progression depuis cinq ans, le streaming musical atteint désormais 27% de parts du marché de la musique dématérialisée et rattrape peu à peu son retard sur le téléchargement légal, historiquement dominé par la plateforme iTunes de... Apple.

Or si Beats fait immédiatement penser aux casques audio popularisés par des stars comme Lady Gaga, Eminem ou Will.i.Am, la marque développe également depuis le début de l'année un service payant de musique en streaming, Beats Music . Et même si, avec un peu plus de 100.000 abonnés, celui-ci est loin de rivaliser avec les mastodontes du marché comme Spotify ou le Français Deezer - à la tête tous les deux de plusieurs millions d'abonnés payants - Beats Music est, de l'avis des spécialistes, promis à un bel avenir.

Davantage habitué à développer ses propres produits et technologies, Apple cède donc ici à la tentation du rachat d'une offre existante. La démarche peut donc dérouter, mais pour  la marque à la pomme - qui propose du streaming gratuit via iTunes Radio - l'acquisition de Beats et de ses services s'analyse aussi comme le moyen le plus direct d'écouler ses propres produits.

EN SAVOIR +   Apple/Beats, un mariage qui va faire du bruit

2. Apple recrute (à prix d'or)
En déboursant 3 milliards d'euros pour Beats Electronics, Apple ne met pas seulement la main sur ''des services musicaux innovants'', dixit Tim Cook, le patron de la firme de Cupertino, mais également sur des hommes. En effet, Dr Dre - de son vrai nom Romelle Young - doit intégrer les équipes d'Apple, tout comme le véritable architecte de Beats Electronics, Jimmy Iovine.

EN SAVOIR +   Dr Dre, l'homme qui valait trois milliards

Agé de 61 ans, le producteur, salué par Apple comme un professionnel ''à la pointe de l'innovation dans le secteur de la musique depuis des décennies'' est décrit comme un visionnaire dans son secteur. Quel sera son périmètre d'action chez Apple ? Pour l'heure rien n'a filtré, mais, selon le Wall Street Journal , l'actuel président du label Interscope Geffen A&M, filiale d'Universal, devrait être en charge du développement des produits électroniques et des activités de streaming musical.

Au passage, ce n'est pas la première fois qu'Apple se fait remarquer pour son recrutement. Récemment, le groupe a embauché la patronne de Burberry, Angela Ahrendts, chargée de ses magasins physiques et en ligne.

3. Apple montre (enfin) ses muscles
Ces derniers temps, des rachats à prix d'or de start-ups en pleine expansion ont agité la Silicon Valley. Mais, si Facebook et surtout Google ont été aux premières loges de cette ''fièvre acheteuse'', Apple, malgré 24 acquisitions en 18 mois, est resté bien en retrait. Trop, aux yeux de certains observateurs, qui voyaient dans cette relative discrétion un signe de faiblesse par rapport à la concurrence. En alignant les zéros pour acquérir Beats Electronics, la société de feu Steve Jobs revient dans le jeu. Pour un nouveau gros coup dans les mois qui viennent ? 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter