Vous voulez connaître vos pertes caloriques ? Ne comptez pas vraiment sur vos bracelets connectés…

DirectLCI
SANTÉ – Selon une étude réalisée par l’école de médecine de Stanford, les trackers d’activité et autres montres connectées dédiées à l’activité physique seraient loin d’être fiables quand il s’agit de vos dépenses énergétiques.

Depuis plusieurs années, les trackers d’activité et autres montres connectées ont pris d’assaut les poignets de millions de personnes. Connaître le nombre de pas effectués dans la journée, le niveau d’activité réalisé, la distance parcourue, son rythme cardiaque ou bien ses calories dépensées sont désormais des informations à portée de main. Cependant, elles ne seraient pas si fiables que cela.


Selon une récente étude publiée par l’école de médecine de Stanford, la fiabilité de ces bracelets connectés est loin d’être précise. Les chercheurs ont ainsi passé au crible sept appareils : le Microsoft Band, la Basic Peak, la Fitbit Surge, le Mio Alpha 2, le PulseOn, l’Apple Watch et la Samsung Gear S2. Ils les ont fait tester par 60 candidats (29 hommes et 31 femmes âgés de 27 à 49 ans) qui ont pédalé, marché ou couru pour l’étude avec un appareil au poignet. Pour compléter et comparer les résultats des montres et trackers, les scientifiques ont effectué des relevés à l’aide d’un électrocardiogramme (fréquence cardiaque) et d’un appareil mesurant l’oxygène et le dioxyde de carbone (dépenses énergétiques).

En vidéo

L'Apple Watch Series 2 plonge dans le grand bain

L’Apple Watch en haut du classement, carton rouge pour la Samsung Gear S2

Et aucun produit ne réalise le sans-faute. Ce sont pour les activités de cyclisme que le moins d’erreurs ont été enregistrées. La marge d’erreur est plus importante pour la marche. Selon l’étude, si l’estimation des fréquences cardiaques s’avère plutôt exacte (5% de taux d’erreur), c’est au niveau des dépenses énergétiques que les données sont les plus faussées. Aucun bracelet n’affiche moins de 20% de marge d’erreur pour les dépenses. "A mon avis, il est très difficile d’entrainer un algorithme qui serait précis pour une grande diversité de personnes, car la dépense énergétique est variable en fonction du niveau de condition physique, de la taille et du poids d’une personne", souligne Anna Shcherbina qui a dirigé l’étude.

Du côté des montres et trackers, l’Apple Watch s’en tire le plus honorablement et se montre la plus précise des sept produits testés. A l’autre bout du classement, on trouve la Samsung Gear S2 qui cumule le plus d’erreurs. Cependant la montre à la pomme a un compteur de calories peu fiable avec une marge d’erreur de 40%. Si vous voulez être précis sur les dépenses caloriques, l’étude vous recommande plutôt le Fitbit Surge qui n’affiche que 27% de taux d’erreur.


Les chercheurs de Stanford concluent ainsi que les utilisateurs des montres et trackers doivent avoir "conscience des atouts et limites de leur produit et de leur consommation", et choisir leur appareil selon les informations recherchées. Mais ils encouragent les fabricants à se montrer transparents et à fournir des données cohérentes de validation pour qu’elles puissent être un véritable ajout dans des suivis médicaux.

Plus d'articles

Sur le même sujet