Des faux sites de banques en ligne se multiplient

High-tech

ARNAQUE - Attention si vous avez l'intention d'effectuer des opérations bancaires en ligne. De faux sites reproduisant de véritables sites de banques en ligne pullulent.

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme français de la finance, s'alarme d'une multiplication sur internet de faux sites reproduisant tout ou partie du contenu de véritables sites de banques en ligne, dans un communiqué publié lundi.

L'autorité "met en garde le public contre un phénomène de duplication de masse de sites frauduleux de banques en ligne", écrit-elle dans ce communiqué.

Voir aussi

En outre, "les services de l'ACPR ont constaté l'existence de sites Internet quasi intégralement identiques mais se présentant sous des noms différents ou avec quelques variations", poursuit l'autorité, expliquant avoir ajouté "60 sites frauduleux" à sa liste noire des acteurs identifiés comme douteux.

La liste de ces sites est consultable sur le site internet www.abe-infoservice.fr.

De manière générale, "beaucoup de sites se créent en copiant une partie de sites Internet de banques autorisées ou en usurpant certains éléments d'état civil de ces banques", constate l'ACPR. Or "ces sites font assez souvent état de partenariats avec des banques agréées ou d'autres informations trompeuses destinées à rendre leur offre attrayante", ajoute l'autorité.

Comment savoir si le site est fiable ?

Dans ce contexte, le gendarme de la finance incite notamment les internautes à vérifier qu'un site est bien autorisé à proposer des crédits ou des solutions d'épargne en consultant le registre des agents financiers agréés (www.regafi.fr) et le site Internet de l'Orias, organisme chargé de tenir le registre des intermédiaires en assurance ou en banque (www.orias.fr).

"Aucun discours commercial ne doit faire oublier qu'il n'existe pas de rendement élevé sans risque élevé", rappelle aussi l'ACPR, incitant le public à ne verser "aucune somme d'argent pour l'obtention d'un prêt ou le déblocage de fonds".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter