Astuce geek : 5 clés pour bien choisir son bracelet connecté

Astuce geek : 5 clés pour bien choisir son bracelet connecté

BRACELETS CONNECTÉS - De très nombreux modèles à des prix très variables sont désormais commercialisés. Mais quel traqueur d'activité choisir ? Metronews vous aide à faire le bon choix.

Quelle autonomie espérer ?
De 3 jours à plus d'un an, la durée de vie de la batterie - ou de la pile - d'un bracelet connecté est extrêmement variable. Si vous ne voulez pas recharger votre appareil régulièrement, optez pour le Garmin Vivofit (un an d'autonomie), le Misfit Flash ou le Jawbone UPMove (six mois chacun). Attention, seul le premier a un véritable écran. La plupart des autres bracelets oscillent entre 3-4 jours et 7 jours (le Jawbone UP 24 tient jusqu'à 14 jours).

>>  10 bracelets connectés au banc d'essai

► Ecran ou pas ?
Allez-vous vous servir de votre bracelet pour remplacer une montre ? Comptez-vous le synchroniser une fois par jour, voire plus, avec votre smartphone ? Si vous souhaitez avoir accès à toutes les infos directement sur le bracelet, alors optez pour un modèle avec un écran, il sont de plus en plus nombreux sur le marché. Quelques exceptions demeurent, avec l'avantage d'être souvent plus discrets et souvent avec une meilleure autonomie.

► Avec ou sans vibration ?
Au départ, c'est toujours un peu perturbant, de sentir le bracelet vibrer à son poignet. Mais on s'y fait assez vite. Quel intérêt ? Il y en a trois : vous réveiller "en douceur" le matin (Jawbone UP 24, Fitbit Charge, Timex IronMan Movex20, Samsung Gear Fit ou encore le Garmin Vivosmart), vous alerter discrètement mais sûrement en cas d'inactivité prolongée en cours de journée et enfin, si le bracelet possède l'option, vibrer à la réception d'un message sur votre smartphone.

► Etanche ou juste résistant aux éclaboussures ?
Tous les bracelets sont annoncés comme résistants aux éclaboussures. La plupart des fabricants affirment même que vous pouvez garder votre bracelet sous la douche. En réalité, cela est fortement déconseillé. De l'eau peut s'immiscer parmi les composants électroniques et rendre inutilisable le bracelet. Si vous craignez cela, préférez un bracelet réellement étanche. Cela va de 1,5 mètre, pour l'utiliser en piscine et dans le bain, à 50 mètres (le record est détenu par le Garmin Vivosmart) selon les modèles. Le Misfit Flash, le Sony Smartband Talk SWR30, le Fitbit Charge, le Garmin Vivofit et le Polar Loop sont des modèles étanches, par exemple.

► Quelle compatibilité avec mon smartphone ?
Si vous possédez un smartphone Android, la très grande majorité des bracelets sont compatibles. Exception faite du Nike+ Fuelband (uniquement Apple) et de certains appareils qui ne fonctionnent qu'avec une version très récente d'Android (KitKat). De même, le choix est vaste pour les possesseurs d'iPhone. Il faudra cependant faire une croix sur les modèles vendus par les fabriquants de smartphones comme Sony et Samsung, qui n'ont pas souhaité développé l'application sous iOS. Enfin, pour les propriétaires d'un Windows Phone. Seuls les bracelets de la marque Fitbit sont compatibles car c'est le seul à avoir développé une application ad hoc. Microsoft devrait lancer son propre bracelet, le Band, sous peu pour ajouter un peu de choix.

>> Quelle marque ?
Il y a un très vaste choix et de plus en plus d'acteurs. Parmi les marques les plus réputées sur le marché, on peut citer Fitbit, Jawbone, Garmin, Misfit et Withings comme des références. Mais cela ne veut pas dire que les nouveaux entrants sont à écarter de vos choix. 

En savoir +
- 10 bracelets connectés au banc d'essai
Capteurs d’activité : traqueurs de mouvements aujourd’hui, mouchards demain ?
Tout savoir sur les objets connectés - Toutes nos astuces geek

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : fin de l'alerte dans les 9 derniers départements concernés

EN DIRECT - Régionales : Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté : les gauches s'accordent avant le 2e tour

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

Cris de singe, chants et banderole homophobes : la face sombre de la Puskas Arena

EN DIRECT - JO de Tokyo : 10.000 spectateurs maximum autorisés sur les sites de compétition

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.