Astuce geek : 5 indices pour détecter un mail frauduleux, voire une arnaque

Astuce geek : 5 indices pour détecter un mail frauduleux, voire une arnaque

High-tech
DirectLCI
SCAM - Que ce soient les impôts, EDF, Caf, votre opérateur Internet ou encore un mystérieux héritage, il est parfois difficile de savoir si les mails que l'on reçoit sont légitimes ou une arnaque. Voici comment trier le bon grain de l'ivraie.

Est-ce un piège ? Dois-je cliquer ? Vous recevez régulièrement des mails de la part des impôts, d'EDF, d'un opérateur Internet ou mobile (le vôtre ou non), de la Caf ou encore d'un illustre inconnu. Des mails qui vous promettent bien souvent de l'argent. Mais il y a un truc qui cloche… Si vous vous posez la question, c'est sans doute qu'il y a anguille sous roche. Voici quelques indices qui devraient confirmer votre réserve instinctive :

1. Lisez le texte attentivement et regardez l'orthographe
Le plus souvent, ces messages électroniques sont de pâles traductions de textes écrits initialement an anglais ou dans une autre langue. Et Google Translate (ou tout autre service) ne sont pas parfaits. Si les tournures de phrase vous semblent bizarres, méfiez-vous. Idem, certains messages sont écrits dans un français correct mais avec des fautes d'orthographe. Cela serait étonnant que des services officiels comme le ministère des Finances ou encore votre opérateur téléphonique n'ait pas pris le temps de se relire avant d'envoyer un message à plusieurs millions de personnes, non ?

2. Regardez l'adresse mail de l'expéditeur
S'il s'agit d'un message officiel, il doit avoir été envoyé depuis une adresse officielle. S'il émane d'un compte Gmail, Yahoo ou autre, passez votre chemin. Les pirates peuvent aussi avoir déposé un nom de domaine proche (pour créer un faux site ressemblant) mais pas exactement pareil. Gare aux maisl envoyés par @impots.gRouv.fr, @edff.fr, @operator-free.fr ou autre. Si vous avez un doute, regardez l'adresse mail d'un ancien mail officiel de l'expéditeur (celui reçu lors de la création de votre compte par exemple) et assurez-vous que l'adresse est en tout point identique, à la lettre et au point près.

3. Des informations personnelles qui doivent le rester
Non, votre Centre des impôts ne vous demandera jamais de donner votre numéro de carte bleue pour vous rembourser un trop-perçu. Non, votre opérateur Internet n'a pas besoin de ce même numéro pour confirmer une offre promotionnelle ou éviter la clôture de votre ligne. Sachez que tout établissement officiel ne vous contactera pas par mail pour cela. Cela se fera plutôt par courrier postal (souvent en recommandé) ou lors d'un rendez-vous en face-à-face. Et si vous devez changer votre code, ce ne sera pas après un clic sur un lien frauduleux, soyez-en sûr.

4. Faites attention aux liens inclus dans ces mails
Notre conseil est de ne jamais cliquer. En effet, les liens peuvent contenir des éléments de code qui vont forcer votre ordinateur ou smartphone à télécharger un logiciel malicieux qui espionnera vos faits et gestes (y compris vos mots de passe et vos codes bancaires). Si ce n'est pas le cas, vous pouvez néanmoins atterrir sur une page qui vous demande de rentrer votre identifiant et votre mot de passe (merci bien, ce sera utile aux pirates pour ensuite hacker tous vos comptes si vous utilisez toujours ce même password pour vous identifier). Pire : ils peuvent aussi demander toutes vos informations bancaires. Il faut donc regarder de près l'adresse du site, car même s'il reprend logo et look du site officiel, il y a des chances pour que ce soit un faux site créé uniquement pour vous arnaquer et récupérer vos données.

5. Si c'est trop beau… c'est que c'est trop gros !
Attention arnaque. Cette personne coincée dans un pays d'Afrique, d'Asie ou juste de l'autre côté de la Manche et qui a besoin de transférer rapidement des millions sur votre compte pour des raisons de sécurité ou pour ensuite en faire don à la Croix rouge… cela n'existe pas ! Qui s'adresserait à une personne au hasard, par mail, pour ce type d'opération sous prétexte qu'elle est a) sur son lit de mort, b) poursuivie par la police, une milice, des malfaiteurs, c) incapable de prendre contact avec son banquier. Evidemment, ils vous promettent soit de vous offrir une partie de la somme mirobolante en raison du désagrément. Mais pour le transfert, ce serait quand même bien si vous pouviez transférer quelques centaines d'euros dans un pays lointain… ATTENTION PIÈGE !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter