Attentats de Paris : les applis Waze et Coyote dans le collimateur des internautes

Attentats de Paris : les applis Waze et Coyote dans le collimateur des internautes

DirectLCI
GÉOLOCALISATION - L'application de navigation automobile Waze, rachetée en 2013 par Google, est accusée par de nombreux internautes de nuire aux opérations des forces de l'ordre, en indiquant la position des barrages policiers. Au surlendemain des attentats de Paris, l'application GPS pour mobile est de nouveau pointée du doigt.

Déjà dans le collimateur des forces de l'ordre, à la suite des attentats de janvier et de la traque des frères Kouachi, le rôle (avéré ou non) joué par les applications mobile de navigation, à l'instar de Waze France ou de Coyote France, lors des attentats du vendredi 13 novembre suscite l'agacement des policiers.

Pour l'heure, rien n'indique évidemment que les terroristes ont eu recours à l'application mobile Waze. Alors qu'un individu susceptible d'être impliqué dans les attentats parisiens, avant de prendre la fuite vers la Belgique, est toujours recherché, les utilisateurs des applications communautaires de navigation sont invités à ne pas signaler les contrôles de police.

Des applis qui mettent en danger la vie des policiers ?

La fonction première de ces applications de localisation est de proposer des itinéraires aux automobilistes, en leur indiquant accessoirement la position des contrôles de police sur leur route. Pour cela, l'application utilise les signalements émis par la communauté d'utilisateurs qui, d'un simple clic, peuvent avertir les autres automobilistes.

Des automobilistes... qui peuvent être d'éventuels malfaiteurs et pourquoi pas des terroristes, en localisant ainsi les mouvements des forces de l'ordre. C'est ce que craignent les policiers et gendarmes. Contactée par metronews, la préfecture de police de Paris a d'ailleurs indiqué qu'elle prenait la mesure du problème. Et la crainte semble légitime car il y a un précédent. En décembre 2014, aux États-Unis, après l'assassinat de deux policiers new-yorkais par un déséquilibré, le patron de la police de Los Angeles avait adressé à Larry Page, patron de Google, un courrier dans lequel il accusait l'application Waze de mettre en danger la vie des policiers.

Coyote se dit prêt à mettre son service en "veille", si nécessaire

En guise de réponse, Waze avait publié un communiqué adressé au Los Angeles Times , dans laquelle la société explique qu'elle "travaille avec la police de New York et d'autres polices dans le pays et le monde (…) Nos partenaires policiers sont favorables à Waze et ses caractéristiques, y compris les indications de présence policière, car la plupart des utilisateurs conduisent avec plus de prudence lorsqu'ils pensent que des agents de police se trouvent près d'eux".

Avant de conclure que Waze se contente d'indiquer grossièrement la localisation de policiers, mais ne permet pas de les localiser précisément. Contacté par metronews, la société Coyote, qui assure travailler conjointement avec les forces de l'ordre, a tenu à rappeler que son "objectif est que [ses] outils ne soient pas détournés de leur usage initial" et qu'elle n'hésiter pas à aller jusqu'à la suspension momentanée de notre service si cela s'avérait nécessaire".

Contacté par metronews, pour avoir une réaction, Waze n'a répondu à nos sollicitations. Rien non plus depuis les attentats sur leur page Facebook . Quant à leur compte Twitter , un message annonce ce dimanche la mise à jour de l'application et un autre retweet... des localisations de contrôles routiers !

À LIRE AUSSI
>>  Attention aux fausses infos sur Twitter
>> DIRECT - Tous les événements en temps réel
>>  Notre dossier complet consacré aux attentats de Paris

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter