"Avalanche" : un empire de la cybercriminalité s'effondre

"Avalanche" : un empire de la cybercriminalité s'effondre
High-tech

CYBERCRIMINALITÉ - Une opération internationale a permis de démanteler un gigantesque réseau de cybercriminels. Les pirates avaient pris le contrôle d'un demi-million d'ordinateurs à l'insu de leurs utilisateurs pour mener des attaques informatiques. Causant des pertes évaluées à plusieurs centaines de millions d'euros.

Un empire du cyberpiratage vient d’être mis K.O à la suite d'une opération internationale menée par les polices et les experts en sécurité informatique de 28 pays. Cette organisation criminelle, baptisée "Avalanche", a infecté pas moins d’un demi-million d’ordinateurs (principalement des PC Windows et des smartphones Android), dans plus de 180 pays. Grâce à ce réseau de machines "zombies", piratées et utilisées à l'insu de leurs propriétaires, les attaques de ces pirates informatiques ont provoqué des pertes évaluées à plusieurs "centaines de millions d'euros", a indiqué l’office européen de police (Europol), ce jeudi 1er décembre. 

Avalanche collaborait avec plusieurs organisations criminelles

Plus concrètement, ce réseau de cybercriminalité envoyait des courriels contenant des logiciels malveillants à des personnes précises afin de dérober des données bancaires ou des mots de passe sensibles. Il menait également des attaques dites de déni de service distribué (DDoS), consistant à rendre un serveur indisponible en le surchargeant de requêtes simultanées. Les pirates informatiques du réseau "Avalanche" colloboraient avec plusieurs organistation criminelles, parmi lesquelles des intermédiaires chargés de blanchir de l'argent.. En Allemagne, où les activités du réseau ont d'abord été détectées, les pertes s'élèvent à six millions d'euros suite à des "cyberattaques concentrées sur les systèmes en ligne des banques". 

39 perquisitions et 800.000 noms de domaines bloqués

Au cours de leurs perquisitions, les autorités policières en Australie, Bélize, Inde ou Singapour, et 25 autres pays, ont saisi 37 serveurs, effectué 39 perquisitions et bloqué 800.000 noms de domaines. "Avalanche fonctionnait comme une société, et nous avons arrêté son directeur exécutif et son conseil de direction", a indiqué à l'AFP le directeur de centre contre la cybercriminalité d'Europol, Fernando Ruiz. L'opération de démantèlement a notamment été assurée par Europol, ainsi que l'unité de coopération judiciaire européenne Eurojust, Interpol et le FBI. L'opération de démantèlement a été l'une "des plus grandes à ce jour" enregistrée dans ce domaine par les autorités policières, a précisé Europol.

En vidéo

Cybercriminalité : dans les coulisses de la brigade du numérique

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent