Bourse : Twitter se retrouve le bec dans l'eau

Bourse : Twitter se retrouve le bec dans l'eau

DirectLCI
HASHTAG – Le titre de Twitter a dégringolé à la clôture de la Bourse de New York, mardi, alors que le "lock-up", une clause interdisant salariés et dirigeants de revendre leurs actions, est arrivée à expiration. Depuis décembre, le réseau social a perdu 56,5 % de sa valeur.

Une nouvelle déconvenue à la Bourse de New York pour Twitter. Mardi, le réseau social a vu son titre dégringoler à 31,85 dollars, soit une chute de 17,81 % à la clôture. Pire : depuis son pic historique en décembre, où l'action avait atteint 73,31 dollars, son cours a perdu 56,5 % de sa valeur. Il reste toutefois supérieur de 22,5% au prix d'introduction de 26 dollars, début novembre, pour son entrée en Bourse.

Un coup dur, mais pas vraiment une surprise non plus : cette journée de mardi était une sorte de test pour la firme californienne, puisque le "lock-up", une clause signée par les salariés et dirigeants actionnaires leur interdisant de revendre leurs titres pendant six mois, est arrivée à expiration. Au total, cette clause concernait 489 millions de titres, soit 85,9% du capital, selon la Securities and Exchange Commission (SEC), gendarme boursier américain.

Une croissance trop lente pour les investisseurs

Dès le 19 février dernier, 10 millions de ces titres avaient pu être libérés pour permettre aux salariés (ceux n'exerçant aucune fonction dirigeante) de payer leurs impôts. Mais cette première vague n'avait pas eu d'impact notable sur le cours en Bourse, et le titre commençait alors à amorcer une dégringolade .

Cette fois, il en va différemment et le titre chute sans parvenir à tenir la marée pour le moment. Malgré les déclarations communes des cofondateurs de Twitter, Evan Williams et Jack Dorsey, de l'investisseur Chris Sacca et du PDG Dick Costello qui ont affirmé qu'ils ne revendraient pas leurs actions à la fin du "lock-up", les investisseurs ne sont pas rassurés. Ils doutent de la capacité du groupe à accélérer sa croissance et jugent que le nombre d'utilisateurs n'augmentent pas assez vite. Certes, 255 millions de twittos font encore bien pâle figure face aux 1,28 milliard d'utilisateurs mensuels de Facebook .
 

Plus d'articles

Sur le même sujet