CES Asia 2016 : la high-tech dans tous ses états

High-tech
OBJETS CONNECTES - Après Las Vegas, le plus grand salon électronique grand public du monde pose ses valises à Shanghai. Près de 400 exposants rivalisent pour retenir l’attention des visiteurs professionnels et du grand public. Florilège des trouvailles les plus étonnantes vues au fil des allées.

Si cette année le show est lilliputien par rapport au géant américain, le CES Asia peut se targuer d'avoir doublé de taille pour sa deuxième édition. Le salon se tient sur quatre halls au cœur de la partie neuve de la ville (Pudong) où se sont installés près de 400 exposants. L’enjeu est de taille : si la Chine est le premier producteur mondial de produits électroniques, elle est en passe de venir aussi son premier consommateur !

Le robot Bubble Lab
Tout en délicatesse, ce robot prépare avec patience un café filtre qu’il moud, met en place, fait passer patiemment, sert, puis comme un bon employé consciencieux, nettoie ses outils de travail et passe l’éponge sur la table.


L'étrange concept Sixtynine69
Et au milieu d’un stand, soudain, un postérieur ! Cette partie choisie de l’anatomie féminine, reproduite jusqu’au moindre détail, n’est pas un juste un gadget sexuel mais aussi… un simulateur de twerk, cette façon d’agiter le popotin au son de musique R’n'B. Masque de réalité virtuelle et appli dédiée sont inclus dans ce projet appelé Sixtynine69.


Les robots sportifs (mais pas trop)
Pas sûr que cette équipe soit mûre pour l’Euro de football, mais c’est un début. Ces robots sportifs, mais pas trop ont une façon bien sympathique de passer aux tirs au but.


Les drones superstars
De toutes tailles et tous prix, ils volent aux 4 coins du Salon. Le Mota Jetjat Nano est le plus petit drone du monde, il pèse moins de 30g et il peut atterrir dans le creux de la main (avec un peu d’entraînement… et de chance). A l’extrême inverse, les solides modèles Yuneec bravent les vents forts qui traversent l’espace de démonstration extérieur, sous le soleil voilé par la pollution locale. 


Un gadget pour le plaisir
Les gadgets sexuels ont droit eux aussi à leur connexion. Sous ses airs de batracien innocent, ce Monster Pub Smart Vibrator  - c’est son nom -  est capable de faire des recommandations sur la vie intime de son heureuse propriétaire. 


Pour les malades de Parkinson
La santé est un des grands domaines à bénéficier des possibilités offertes par la technologie. Cette cuillère active Gyenno compense de manière spectaculaire (jusqu’à 85 %) les mouvements des personnes atteintes de la maladie de Parkinson, et elle s’adapte au fur et à mesure au type de tremblement. Mais retrouver une forme d’autonomie a son prix : environ 300 euros. 


Une valise intelligente, connectée et… autonome
Voilà ce que s’apprête à lancer la start-up Cowa Robot. Joliment construite en aluminium et polycarbonate, cette valise cabine haut de gamme est dotée d’une batterie et d’une carte SIM. Elle est capable de se verrouiller toute seule, reste localisable facilement en cas de perte et, dans sa version robotisée (plus de 600 €) elle sera capable de vous suivre toute seule à quelques mètres derrière vous. Et déclenchera une alarme si quelqu’un voulait profiter de l’occasion pour se faire la malle avec la valise.


 Des chaussures qui changent de couleur
Vous rêvez d’assortir vos chaussures à votre magnifique chemise verte ? Il suffit de pointer l’appareil photo de votre smartphone sur votre couleur préférée et comme par magie, la bande latérale de vos chaussures l’adopte. Ce projet nommé Choose est né d’une collaboration entre une petite start-up du nord de la France, BlueGriot et Eram. L’appli analyse la couleur et la reproduit au moyen de LEDs cachées dans la semelle, qui diffusent leur lumière dans un maillage de fibre optique sur le côté de la chaussure. Les premières séries seront lancées à la fin d’année entre 150 à 200 €. 


Des écouteurs sans-fil
Les écouteurs intra-auriculaires sans fil arrivent et, miracle, malgré le poids de la petite batterie incluse, ils tiennent en place. Ici, un modèle particulièrement « girlie » du constructeur américain Monster, le Diamondz (299 $). Il inclut un système de réduction du bruit ambiant, l’autonomie est limitée à 3 h et la recharge se fait dans la boîte façon poudre de maquillage. 


Un écran flexible
Ici, un prototype d’écran Amoled de 6 pouces de diagonale et en ultra haute définition 4K. De quoi donner libre cours à l’imagination des constructeurs pour sortir des formes figées d’aujourd’hui, mais une fois que les prix seront devenus abordables et la technologie prête pour une production de masse, ce qui n’est pas encore le cas.


Les voitures
Comme au salon de Las Vegas, les constructeurs automobiles sont présents au CES Asia, avec Mercedes-Benz, Volvo, General Motors et BMW. Le constructeur allemand se présente comme le plus en avance sur les questions de connectivité, atout maître dans ce pays où les acheteurs sont nés dans l’ère digitale avec un âge moyen de 35 ans (env. 50 ans en Europe). Un point qui a son importance dans le plus grand marché automobile au monde !


Un énorme téléviseur
La marque Le n’est pas connue dans nos contrées mais c’est devenu l’un des géants en Chine, à la fois fournisseur de contenu (on l’appelle le Netflix chinois) et fabricant de matériel, comme ce téléviseur qu’il présente comme le plus grand au monde (120’’). Compter l’équivalent de 70.000 euros… Plus abordable, le constructeur se met aussi à la bicyclette, mais connectée, cela va sans dire. Un vélo intégrant un smartphone et bénéficiant de fonctionnalités dédiées, comme une alarme. Compter entre 500 et 4000€, pour la version tout carbone.  


Musique + eau
Accessoire indispensable (?) des soirées d’été finissant dans la piscine, le haut-parleur flottant et étanche (homologation IPX-6)  Monster Superstar Blackfloat projette de l’eau en rythme et est capable de fonctionner 7 heures durant. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter