Coronavirus : Facebook interdit toutes les publicités pour des médicaments miracles

La page d'accueil du réseau social Facebook.
High-tech

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

DÉSINFORMATION – Facebook part en guerre contre les utilisateurs qui tentent de profiter de l’épidémie de coronavirus pour distiller de fausses informations et surtout de faux remèdes. Le réseau social a notamment annoncé la suppression de toute publicité ou publication tournant autour du sujet et cherchant à induire les lecteurs en erreur.

De plus en plus prompt à lutter contre les fausses informations circulant sur sa plateforme, Facebook montre qu’il n’est pas uniquement focalisé sur les élections politiques. Le réseau social a annoncé qu’il allait bloquer toutes les publicités autour du désormais Covid-2019, appelé plus généralement coronavirus.

Il faut dire que Facebook a vu se multiplier les rumeurs, infos erronées, mais aussi les publicités promettant des solutions miracles pour venir à bout du virus. Cannabis, pilule miracle, vitamines, produit inédit… des publicités ont fleuri pour vous aider, soi-disant, à lutter contre le coronavirus ou, tout du moins, à l’éloigner. Evidemment, pour le moment, aucun de ces remèdes ne s’est avéré efficace. Mais quelques utilisateurs ont néanmoins réussi à se faire berner, lâchant quelques dollars ou euros au passage. La firme de Mark Zuckerberg a donc décidé de renforcer ses règles pour éviter la propagation de ces fausses informations faisant référence à l’épidémie.

Lire aussi

Les réseaux sociaux se mobilisent pour informer

Dans un communiqué, Facebook annonce donc interdire désormais toutes publicités et publications liées au coronavirus qui tenteraient de "créer un sentiment d’urgence, (…) promettraient de guérir ou de prévenir le coronavirus". Cette décision concerne également la Marketplace, l’espace de vente entre particuliers. Ce mercredi matin, on y trouvait encore des ventes de masques, souvent en rupture de stock en pharmacie, et produits anti-coronavirus, mais davantage pour désinfecter les surfaces existantes. Rien cependant qui ne contrevienne aux nouvelles règles de Facebook qui a augmenté son nombre de modérateurs humains qui doivent vérifier et supprimer les contenus douteux.

En vidéo

Coronavirus : symptôme, protection... tout savoir sur la maladie

Depuis janvier et le début de l’épidémie, les réseaux sociaux ont rapidement réagi pour mieux informer sur le coronavirus. YouTube a ainsi promis de lourdes sanctions face aux fausses informations autour de l’épidémie. Facebook s’était quant à lui déjà rapproché d’organisations sanitaires et de l’OMS afin que celles-ci signalent plus facilement les contenus de fausses déclarations, les théories conspirationnistes, faux remèdes ou mots-clés de désinformation. Google a aussi lancé la fonction "SOS Alert" (Alerte SOS) qui fait apparaître des résultats spécifiques en cas de recherche sur le coronavirus (articles, infos pratiques, conseils, sites d’aide…). Twitter en a fait de même au sein de sa section #Explorer. Derrière #Coronavirus, dans les pays concernés, vous verrez apparaître des informations et des recommandations en lien avec les sites officiels gouvernementaux et sanitaires.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent