Boutons d’ascenseur , clavier d’ordinateur... pour éviter le coronavirus, prenez garde à ces nids à microbes

L'épidémie de coronavirus devient de plus en plus inquiétante. Voici quelques gestes de bon sens qui permettront d'éviter sa propagation.

SANTÉ - Certains appareils font rarement l'objet d'une attention particulière en matière d'hygiène. Alors que les autorités sanitaires tentent de limiter l'épidémie de coronavirus, voici quelques gestes de bons sens à adopter au quotidien.

Le bilan mondial de l’épidémie de Covid-19 a dépassé, lundi 2 mars, le cap des 3.000 morts. Ce nouveau virus, décrit comme très contagieux, peut se transmettre d'humain à humain, mais aussi en manipulant certains objets. Smartphone, clavier et souris d’ordinateur, lecteur d’empreinte digitale, bouton d’ascenseur....  Autant de technologies que nous utilisons au quotidien et qui peuvent être à l’origine de la  transmission d’un virus, ou du moins peuvent participer à sa propagation

Dernièrement, des scientifiques ont étudié la durée de vie des virus sur les surfaces inanimées, comme le métal, le verre ou le plastique. Or, d'après leurs travaux, certains peuvent survivre sur des surfaces inanimées à température ambiante jusqu’à 9 jours. Voici quatre exemples de technologie (parmi une liste non exhaustives) dont nous avons un usage quotidien et dont il va falloir apprendre à se méfier.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Smartphone et surface tactile

Ce n’est un secret pour personne, le smartphone est un véritable nid à microbes. Au point que certains constructeurs ont même envisagé d’équiper leurs mobiles de matériaux antibactériens. Et pour cause, l’appareil est en contact rapproché avec la bouche. A titre de précaution, il est donc recommandé de nettoyer son téléphone tous les jours, en utilisant une lingette désinfectante. Mais surtout, évitez qu'il ne se balade de mains en mains. Après tout, on n'est jamais trop prudent.

Clavier et souris d’ordinateur

Eux aussi sont de véritables eldorados pour les virus. D’où la nécessité de désinfecter ces surfaces régulièrement pour limiter le risque infectieux (en temps normal, comme en période d’épidémie). La méthode probablement la plus efficace consisterait à recommander la désinfection des mains avant toute manipulation du clavier. L’utilisation de lingettes désinfectantes, notamment si l’appareil est utilisé de manière collective, permet également le limiter le risque de contamination.

Lecteur d’empreinte digitale

Les dispositifs biométriques, notamment ceux qui recueillent les empreintes digitales des salariés, sont de plus en plus fréquents à l’entrée des entreprises. Ils permettent de renforcer la sécurité en filtrant l’accès aux locaux. Cependant, ils font rarement l’objet d’une attention particulière en matière d’hygiène. Chaque jour, des dizaines, des centaines, voire des milliers de salariés, y posent leur doigt et potentiellement des germes et bactéries. Impossible d’y échapper. Veillez à vous désinfecter les mains après votre passage, ce sera déjà bien.

Boutons d’ascenseurs

Les interrupteurs et les boutons d’ascenseur, tout comme les poignées de portes, ne sont jamais nettoyés. Encore une fois, un petit lavage de main, avec du savon ou une solution hydroalcoolique, ne sera jamais de trop. 

A Pékin, certains ont opté pour une solution encore plus radicale, comme le rapportait récemment le journaliste des Echos Frédéric Schaffer sur Twitter : du cellophane sur les touches, des kleenex à portée de mains et des marques au sol pour délimiter l'emplacement de chacun dans la cabine.

-

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

11% des Français déjà infectés par le Covid-19 : quelles sont les régions les plus touchées ?

EN DIRECT - Loi "Sécurité globale" : 52.350 manifestants en France dont 5.000 à Paris, selon l'Intérieur

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Lire et commenter