Plastic Odyssey : le voilier qui carbure aux déchets plastiques

High-tech
DirectLCI
FUTUR ? - Avec des granulés en plastique, le bateau expérimental "Plastic Odyssey" fabrique son propre carburant pour alimenter un moteur électrique. Les ingénieurs tricolores à l'origine de ce projet veulent avant tout participer à la lutte contre la pollution des océans.

Après "Solar Impulse", l’avion solaire, voici le bateau à énergie… plastique. Des ingénieurs français ont mis au point un système de propulsion pour bateau alimenté par du plastique. Une innovation qui, si elle se développe et se multiplie, pourrait permettre de recycler tous les déchets plastiques et de dépolluer les océans. 

Le principe est simple : après avoir vidé ses poubelles et récupéré tous les plastiques (bouteilles, gobelets, emballages…), ceux-ci sont transformés en granulés par une broyeuse. Ils sont ensuite chauffés dans un tube à bord du bateau puis fondus entre 350 et 600 degrés dans une cuve hermétique. Du gaz va alors s’échapper et en refroidissant il va devenir du carburant. La pyrolyse du plastique prend 3 heures et alimente en énergie l’ensemble du dispositif, dont un petit moteur électrique.

"Le plastique est fait à partir de pétrole, explique Bob Vignaud, le responsable recherche et développement du projet Plastic Odyssey. Nous, on va créer une réaction qui permet de le retransformer en pétrole pour en extraire facilement son énergie." Un kilo de plastique est nécessaire pour obtenir un litre de carburant.

Bientôt un catamaran

Le système aujourd’hui au point, la deuxième étape du projet est en cours : la construction d’un catamaran quatre fois plus gros. Dans deux ans, il fera le tour du monde en passant le long des côtes africaines et asiatiques, des continents très touchés par cette pollution aux plastiques. 

Si on peut le faire sur un bateau...Simon Bernard, chef d’expédition de "Plastic Odyssey"

"L’objectif, ce n’est pas d’avoir une flotte qui fonctionne au plastique, c’est plus de montrer que c’est possible sur un bateau, insiste Simon Bernard, chef d’expédition du projet. Et donc si on peut le faire sur un bateau on peut le faire quasiment partout : pour alimenter des groupes électrogènes en Afrique, des petits bateaux de pêche, etc." En effet, alors qu’actuellement 90% du plastique n’est pas recyclé, cette nouvelle technique ouvre le champ des possibles en matière de dépollution des océans.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter