Des scientifiques de Princeton prédisent la fin de Facebook en 2017

Des scientifiques de Princeton prédisent la fin de Facebook en 2017

DirectLCI
RÉSEAU SOCIAL - En sa basant sur le modèle de la prolifération des maladies, des chercheurs estiment que Facebook va perdre 80 % de ses membres entre 2015 et 2017.

Alors que Facebook fêtera bientôt ses dix ans d'existence (il a été lancé le 4 février 2004), des chercheurs de l'université américaine de Princeton estiment que le réseau social va connaître un gros revers en moins de trois ans. Ils se basent sur le modèle de prolifération des épidémies pour prédire la perte de 80 % de ses membres entre 2015 et 2017.

Facebook et MySpace, même combat ?

Selon eux, la dynamique d'adoption et d'abandon d'un réseau social par ses membres et très similaire à la façon dont un virus se répand au sein du population puis décroît irrésistiblement. Ils n'ont pas seulement analysé la courbe d'usage de Facebook et son nombre de membres mais également l'évolution de MySpace en son temps. Ce réseau social, dédié à l'origine à la musique, fut très populaire aux alentours de 2007 mais a, depuis, quasiment disparu des radars. Il s'avère que la courbe d'audience de MySpace est extrêmement proche d'un des modèles de propagation puis de déclin d'une infection.

Et Facebook emprunterait le même chemin que MySpace. C'est ainsi que les chercheurs de Princeton estiment que Facebook a déjà atteint son zénith et que la courbe est d'ores et déjà en train de s'étioler. Pour eux, ce recul devrait fortement s'accélérer à partir de 2015 et Facebook pourrait alors perdre 80 % de ses membres en deux ans. Rendez-vous en 2017 pour savoir si le "like" sera toujours tendance ou complètement dépassé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter