Design, débit, services, domotique... Découvrez les dix nouveautés de la Freebox Delta

High-tech
DirectLCI
SURENCHÈRE – La dernière-née des Freebox s'appelle donc Delta, une box haut de gamme qui embarque une multitude de services et de technologies, promet du très haut débit pour tous, du son audiophile, un partenariat avec Netflix ou encore un système de sécurité pour votre maison. Beaucoup de surprises, même si le prix fait un peu tiquer.

Attendu depuis plusieurs années, le nouveau boîtier internet de Free s'est dévoilé ce mardi matin. Bienvenue à la Freebox Delta, un concentré de technologies et de services inédits dans un boîtier au design triangulaire assez singulier. En fait, comme pour les précédentes, une box peut en cacher une autre. D'un côté le Freebox Server, celui qui se connecte à votre ligne ADSL ou fibre, et de l'autre le Freebox Player, à installer lui au cœur du salon, relié a téléviseur.


Côté Server, il y a d'abord la connexion proprement dite. Ici, deux avancées, côté débit. Pensée pour rester d'actualité une dizaine d'années, la Freebox Delta privilégie la fibre, qui concerne aujourd'hui dix millions d'abonnés potentiels. Pour ceux-là, Free, qui promettait jusque-là une connexion à un gigabits/seconde, passe à l'étape suivante, dix gigabits de débit descendant, pour 400 Mbps de débit montant. De quoi télécharger un fichier de quatre giga-octets en quatre secondes seulement, un peu plus d'une minute pour envoyer le même fichier.

L'ADSL pas oublié

Doit-on parler d'ultra-haut-débit ? Bonne nouvelle pour tous ceux que la fibre ne concerne pas encore : les connexions ADSL vont prendre un sérieux coup de fouet, la Freebox Delta sachant conjuguer leur débit avec celui de la 4G, pour arriver dans le meilleur des cas à 200 mégabits de débit maximum. À l'intérieur aussi, le réseau évolue, avec un Wifi largement remis au goût du jour, avec une connexion tri-bande, à la norme AC, avec 4400 megabits de débit maximal, de quoi regarder plusieurs flux de vidéo 4K sans soucis. Si la box précédente embarquait un disque dur, la nouvelle devient un véritable serveur domestique complet, avec un disque de un téra-octets, et assez d'emplacements libres pour aller jusqu'à 20 téra-octets, pour tout sauvegarder, images, fichiers et le reste, à compulser sur tous les ordinateurs de la maison, mais également en mobilité.

Le Player monte le son

La rumeur qui disait que Free s'était rapproché de Devialet disait vrai. Ce dernier, spécialiste de l'enceinte sans fil très haut de gamme, s'est allié à l'opérateur pour faire du Player une enceinte connectée grand format et sans reproche, à placer sous le téléviseur, ou dans son salon, pour jouer la musique d'où qu'elle vienne : l'enceinte est compatible avec Spotify, la box embarquant elle une application Deezer. Le Player est évidemment 4K, logique vu le contenu qu'il embarque : dans sa box -et le forfait qui va avec- Free inclut désormais un abonnement à Netflix, et l'accès à la cinquantaine de chaînes du bouquet TV By Canal, outre la TNT et toutes les chaînes du bouquet Freebox TV, qui demeure. D'autres contenus seront eux à lire sur ses écrans, PC, tablettes ou mobiles, comme l'accès inclus au Kiosque, qui comprend un millier de quotidiens et de magazines.

Domotique et sécurité déjà embarqués

Autre confirmation d'une rumeur persistante : la nouvelle Freebox veut devenir le cœur de votre domotique, avec d'abord une connexion intégrée aux équipements de certaines grandes marques : les ampoules connectées de Hue, les volets roulants de Somfy, d'autres devraient suivre. Surtout, la box est aussi une centrale d'alarme, qui peut alerter vos voisins grâce à une sirène à 105 décibels. La box est livrée avec un capteur d'ouverture de porte, un capteur d'intrusion à poser sur une fenêtre, et une caméra sans fil pour surveiller le salon ou l'entrée, d'autres accessoires seront disponibles à la vente. Le tout, du divertissement à l'alarme en passant par la musique ou la télévision, pourront être contrôlés à la voix, d'abord grâce à l'intégration de l'assistant vocal Alexa d'Amazon, mais aussi avec un assistant maison, baptisé "OK Freebox", pour piloter les fonctions de la box.

Un tarif haut de gamme, lui aussi

Avec des composants haut de gamme et beaucoup de services inclus, on attendait la douloureuse...et on n'a pas été déçus. la nouvelle box voit ainsi son prix décoller : 49,99 € par mois pour l'abonnement, plus une dizaine d'euros par mois pour payer à crédit le Player Devialet, que l'on peut également acheter au comptant, en quatre fois sans frais, ou à coup de 24 mensualités de 20€. La nouveauté, c'est que tout, le serveur et le Player seront désormais la propriété de l'abonné, qui pourra les conserver à la fin de son abonnement. Si l'on fait l'addition de tout ce que les deux box embarquent, c'est forcément une bonne affaire, à condition d'avoir besoin de toutes ces fonctions, ou de ne pas déjà avoir des appareils comparables par ailleurs. Si vous avez déjà une maison pleine d'enceintes connectées, une alarme connectée, un routeur wifi haut de gamme et un serveur NAS complet, l'équation est plus hasardeuse.


De quoi expliquer que la Freebox Delta arrive accompagnée d'une petite sœur, la Freebox One, au prix plus abordable (29,99 €/mois pendant un an, puis 39,99 €). La Freebox One est un boîtier unique, également 4K, avec Netflix intégré, mais sans les autres services. Toutes deux sont disponibles dès le 4 décembre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter