Diablo III Reaper of Souls : qui a peur du loot ?

High-tech
DirectLCI
Pour son passage sur consoles de nouvelles générations, le jeu déjà culte Diablo III reste fidèle à sa formule unique et terriblement addictive. Peut-on arrêter de jouer à Diablo III ?

Ça n'est pas un mystère : bien que terriblement simple, la mécanique de jeu de Diablo III est incroyablement addictive. Pourtant, la formule n'est pas bien compliquée : choisissez votre aventurier parmi la demi-douzaine de classes disponibles puis partez explorer des donjons infestés de monstres forcément hargneux pour ensuite dénicher des trésors (le fameux "loot" ou butin). Des trésors qui apparaissent en grand nombre et de façon aléatoire. Il faut donc explorer, aller toujours plus loin pour espérer dénicher la perle rare qui fera de votre aventurier un personnage équipé d'une arme, d'une armure ou bien d'une amulette uniques.

La formule est la même peu ou prou depuis le premier épisode de la saga en… 1997. Autant dire que la mécanique répond, au-delà d'une quelconque tendance, à des envies, motivations ou aspirations universelles. Et cette nouvelle édition Diablo III Reaper of Soul à destination des consoles nouvelles générations ne dérogera donc pas à la règle. On se réjouit d'ailleurs à plus d'un titre de l'arrivée de ce jeu sur PlayStation 4 et Xbox One. Tout d'abord parce que depuis la sortie de ces consoles en novembre dernier les jeux y sont rares (ce qui devrait changer d'ici quelques semaines). Difficile donc de bouder son plaisir de retrouver ce titre culte PC qui, l'an passé avait déjà fait un tour sur PS3 et Xbox 360.

Le compagnon idéal pour terminer l'été en douceur

Mais cette édition baptisée Ultimate Evil Edition peut aussi se targuer de proposer de facto l'extension Reaper of Souls (qui ajoute entre autres un 5e acte à la campagne et aussi une nouvelle classe), de tourner en haute définition (1080p) en 60 images secondes ce que les puristes apprécieront. Côté interface, quelques ajustements mineurs ont été faits pour entre autres tirer parti des spécificités de la manette PS4. Et autant dire que cela fonctionne parfaitement seul ou bien jusqu'à quatre simultanément.

Car c'est aussi une force de ces versions consoles : il est possible d'y jouer à plusieurs en "local" : comprenez assis sur le même canapé (même s'il reste aussi évidemment possible d'y jouer à plusieurs en ligne). Ambiance garantie d'autant que les joueurs se motivent généralement pour explorer toujours plus loin les très nombreux niveaux de cette édition qui promet plusieurs dizaines d'heures de jeu. Bref, ce Diablo-là, aussi classique soit-il reste pourtant toujours aussi étrangement, (diaboliquement ?) prenant et efficace. Une valeur sûre en définitive même avec cette nouvelle édition.

  • Un jeu PS4 et Xbox One vendu 60 euros environ
     

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter