Droit à l'oubli : Wikipédia fustige la Cour de Justice de l'Union Européenne

High-tech
DirectLCI
INTERNET – Au non du droit à l'oubli, n'importe quel citoyen européen peut demander la suppression d'un lien Internet, y compris vers Wikipédia, ce qui n'est pas du goût de ce dernier.

C'est lors d'une conférence de presse à Londres que Wikipédia, par l'intermédiaire de 3 membres de Wikimédia (association de partage de la connaissance, dont fait parti Wikipédia) a fustigé la création du " droit à l'oubli " instauré le 13 mai dernier par la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE), une vision très opposée à celle de Wikimédia et de son "droit au savoir".

Une loi hors de contrôle

Comme Google, tous les moteurs de recherche en Europe sont obligés de supprimer des liens Internet sur simple demande. Lila Tretikov, directrice exécutive de la fondation Wikimedia déclare "En conséquence, les résultats de recherche précis sont en train de disparaître en Europe sans aucune explication publique, aucune preuve réelle, sans contrôle judiciaire, et aucun processus d'appel. Le résultat est un Internet criblé de trous de mémoire, l'information gênante disparaît tout simplement".

De son côté Jimmy Wales, co fondateur de Wikipédia, a déclaré en parlant de l'instauration du droit à l'oubli de "projet de loi complètement fou qui doit être corrigé". Et Geoff Brigham, avocat général de Wikipédia, d'ajouter "les moteurs de recherche ne sont pas tenus d'indiquer aux sites visés par l'avis de déréférencement que des liens ont été supprimés. Cette absence de politique et de procédures transparentes est une des nombreuses failles dans la décision européenne". Un droit à l'oubli qui a décidément du mal à se faire accepter.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter