Elon Musk va-t-il trop loin en traitant un spéléologue de pédophile ? Retour sur un an de dérapages sur Twitter

Elon Musk va-t-il trop loin en traitant un spéléologue de pédophile ? Retour sur un an de dérapages sur Twitter

TECH
DirectLCI
BURN OUT - Le médiatique patron de Tesla Elon Musk est coutumier des tweets embarrassants. Mais sa violente attaque contre un spéléologue ayant aidé à sauver des enfants piégés dans une grotte thaïlandaise semble être la frasque de trop, certains commençant à mettre en doute ses capacités de dirigeant. Retour sur une année de polémiques.

A la suite d’un énième dérapage de l'emblématique PDG de Tesla Motors, l’action du constructeur de voitures électriques a brutalement chuté à la bourse de Wall Street. Dimanche 15 juillet, le milliardaire fantasque avait violemment attaqué, sur le réseau social Twitter, l’un des secouristes des douze jeunes footballeurs pris au piège dans une grotte en Thaïlande. 


Le désignant comme un "pédophile", sans le citer nommément, dans une série de tweets, Elon Musk réagissait aux propos de Vernon Unsworth. Ce spéléologue britannique avait lui même qualifié de "coup de pub" la proposition avortée du milliardaire d'envoyer un sous-marin miniaturisé pour aider au sauvetage des enfants. Elon Musk a effacé ses tweets et s’est excusé, mercredi 18 juillet, auprès du spéléologue.  La sanction des marchés ne s'est pas fait attendre : l’action du groupe avait chuté de près de 3% lundi.


Deux jours avant son tweet, le fondateur et patron de Tesla Motors et SpaceX, réputé pour avoir la gâchette facile, avait pourtant promis de s’assagir. "J’ai fait l’erreur de croire que la chasse était ouverte lorsqu’une personne m’attaquait sur Twitter, avait-il reconnu, au cours d’un entretien accordé à l’agence Bloomberg. Je vais corriger le tir."  


D'après le quotidien britannique The Guardian, James Anderson, un des plus gros actionnaires de Tesla, a indiqué qu'il allait évoquer ce nouvel écart de conduite du milliardaire d'origine sud-africaine avec les dirigeants de l'entreprise. D'autant que ce nouveau coup d’éclat est loin d'être le premier. Journalistes, analystes financiers, employés : nombreux sont ceux qui ont fait les frais de ses colères. 

En vidéo

Enfants coincés dans une grotte en Thaïlande : Elon Musk envoie ses ingénieurs

Il accuse un employé de Tesla de "sabotage"

Juin 2018 : Elon Musk avait accusé un salarié d’avoir commis un "sabotage important et préjudiciable" aux opérations du groupe, dans un courriel adressé au personnel et relayé par des analystes financiers sur Twitter : "J'ai été consterné d'apprendre ce week-end qu'un employé de Tesla a commis un gros acte de sabotage nuisible sur nos opérations, écrit le milliardaire. "Ceci inclut des changements purs et simples de code du système de fabrication de Tesla en empruntant de faux noms d'utilisateurs et l'exportation de tonnes d'informations ultra sensibles à des parties tierces inconnues", poursuit le dirigeant. Le salarié affirme, quant à lui, être un lanceur d'alerte ayant averti de problèmes de sécurité. A Wall Street, le titre perdait 1,63% lors les premiers échanges.

Noter les médias en fonction de leur crédibilité

Mai 2018 : lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, Elon Musk s'était fait remarquer en qualifiant  "d'ennuyeuses" leurs questions et en refusant de répondre sur les problèmes financiers de Tesla. Le constructeur de véhicules électriques fait les gros titres de la presse depuis plusieurs semaines, soit pour des retards de production de son Model 3, soit pour des accidents, dont certains mortels, impliquant son aide à la conduite automatique Autopilot, soit pour les déclarations intempestives et les bras de fer verbaux de son fondateur avec les milieux financiers. A la suite de la parution de nombreux articles critiques sur sa marque automobile, le milliardaire avait fait part de son intention de créer une plateforme permettant au public de noter les médias selon leur crédibilité. Le nom de l'initiative était particulièrement de mauvais goût : "Pravda" (en russe, la "vérité"), en référence au journal de propagande du Parti communiste sous l'URSS.

La 3e Guerre mondiale pourrait être causée par l'IA

Septembre 2017 : le milliardaire avait posté un tweet dans lequel il affirmait que "la compétition pour la supériorité de l'intelligence artificielle à un niveau national pourrait être la cause de la Troisième guerre mondiale". Elon Musk fait partie des grandes figures de la Tech qui ont exprimé, ces dernières années, leur inquiétude vis-à-vis des progrès de l’intelligence artificielle. Pour lui, l’IA représente pour l’avenir de l’humanité une menace bien plus grande que la Corée du Nord, qui vient pourtant de se targuer d'avoir développé une bombe H. Selon lui, ce n'est pas une vraie menace, puisqu'une réaction militaire de la communauté internationale serait "du suicide" pour Pyongyang, affirmait-il.

Quand Elon Musk tacle publiquement Mark Zuckerberg

Juillet 2017 : Elon Musk s'était fendu d'un tweet dans lequel il taclait publiquement Mark Zuckerberg. Dans une vidéo diffusée en direct sur sa page Facebook , quelques heures auparavant, le PDG et fondateur du premier réseau social au monde se disait "optimiste" quant à l’avenir de l'intelligence artificielle, en affirmant que cette technologie allait  considérablement "améliorer notre vie". A titre d'exemple, le patron de Facebook citait les voitures autonomes qui seront bientôt "plus sûres que les voitures manuelles", ou encore la possibilité de réaliser de meilleurs diagnostics et de meilleurs traitements médicaux. Selon lui, le scénario apocalyptique décrit par Elon Musk est "irresponsable". Lorsqu’Elon Musk a vu passer la critique du PDG du réseau social, sa réaction n'a pas été des plus tendres : "J'ai parlé à Mark de cela. Sa compréhension du sujet est limitée", a-t-il tweeté. 

Elon Musk est-il en train de faire un burn out ?

Le médiatique patron de Tesla, Elon Musk, est coutumier des polémiques. Mais sa violente attaque contre ce spéléologue britannique est de très loin la chose la plus néfaste, en termes d'image de marque, qu'Elon Musk n'ait jamais faite. Le milliardaire, dont l'attitude s'apparente à celle du président américain Donald Trump, lui aussi habitué à polémiquer violemment sur Twitter, voire à insulter quiconque n'est pas d'accord avec lui, se produit alors même que le constructeur de voitures électriques est déjà sous pression après des retards de production de son Model 3, considéré comme vital pour son avenir. Depuis déjà plusieurs semaines, le milliardaire passe des nuits entières dans ses usines pour essayer d'augmenter les cadences de production. Au point parfois de craquer ? 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter