Embellie en vue pour le marché high-tech en 2014

Embellie en vue pour le marché high-tech en 2014

DirectLCI
CONSO – 2013 sera-t-elle la dernière année de crise pour les ventes de biens technologiques en France ? Plus que probable selon l'institut GfK qui vient de livrer sa vision annuelle du marché.

Les Français vont-ils retrouver le goût des nouvelles technologies ? La réponse est positive, selon l'institut d'études GfK qui présentait ce mercredi matin son analyse du marché high-tech. Malgré une baisse globale de la consommation de produits technologiques depuis 2010, elle devrait croître à nouveau en 2014.

La hausse restera cependant limitée (+0,7 % à 15,6 milliards d'euros, contre 15,5 en 2013), mais toutefois bien réelle. Elle sera notamment soutenue par la tendance des produits connectés qui ont représenté en France l'année dernière, 50 % des ventes de biens technologiques, soit 5,9 produits par foyer. La consommation high-tech des Français en 2013 continue ainsi d'évoluer dans les catégories phares poussées par les constructeurs.

  • Smartphones

Encouragés par l'arrivée de Free Mobile, les smartphones sans engagement ont représenté 30 % du marché total de la téléphonie mobile en 2013. Avec pour conséquence une baisse logique du prix moyen : "Près de la moitié des smartphones sans abonnement vendus en France coûtent moins de 150 euros", explique Michael Mathieu, analyste pour GfK. L'essor des "phablets" est également bien réel, ces téléphones aux écrans de plus de 5 pouces s'arrogent désormais 20 % des ventes de smartphones, soit une part de marché doublée par rapport à 2012.

  • Photographie

Concurrencés justement par les smartphones, les appareils photos ont entamé leur mue. "30 % des compacts vendus en 2013 étaient équipés de WiFi, détaille Michael Mathieu. Le WiFi ne sera plus une option dans les deux ans à venir", continue-t-il. De quoi partager plus facilement ses clichés qui ont tendance à rester confinés à nos cartes mémoire ou disques durs.

  • Informatique

"Il s'est vendu en 2013 plus de tablettes que de PC", annonce l'analyste Tristan Bruchet. Un retournement qui vient confirmer la baisse constante entamée il y a plusieurs mois. Mais le PC n'est pas mort pour autant puisque "71 % des Français estiment qu'une tablette ne peut pas remplacer un PC", explique-t-il. C'est surtout les netbooks et les PC de bureau qui font les frais du succès des tablettes, les ventes de PC portables de 11 à 12 pouces ayant augmenté de 82 % entre 2012 et 2013. Enfin, les PC hybrides et tactiles peinent encore à séduire les Français avec une part de marché de seulement 11 % sur l'ensemble des ventes d'ordinateurs.

  • Tablettes

Les consommateurs seront contents d'apprendre que les prix des tablettes vont continuer à baisser. Entre 2010 et 2013, il a ainsi chuté de 56 %. Le prix moyen d'une tablette est désormais de 240 euros. En 2014, le mouvement devrait se poursuivre pour descendre en dessous des 200 euros.

  • Téléviseurs

Avec des foyers français multi-équipés, les ventes continuent de souffrir, mais se stabilisent autour de 5 millions d'unités par an. Elles pourraient même repartir légèrement à la hausse grâce aux écrans de plus de 46 pouces et aux modèles Ultra HD. Il s'est ainsi vendu en France 10 000 modèles 4K en 2013. Une tendance prometteuse alors que l'offre de contenus adaptés est encore inexistante.

  • Audio

C'est la grande surprise de 2013 : le marché du casque, jusqu'ici très bien portant, a chuté de 4 %. "C'est une baisse que les constructeurs n'ont pas anticipée", explique Julien Jolivet de GfK. Mais les fabricants peuvent se consoler du goût retrouvé des Français pour la Hi-Fi de salon en hausse de 9 %. Les systèmes audio sans fil (Bluetooth et Wi-Fi) représenteront ainsi en 2014 plus de la moitié des ventes du marché audio.

  • Objets intelligents

L'engouement du secteur high-tech autour des objets connectés est-il justifié ? Pas vraiment pour l'instant selon Tristan Brucher : "Avec un chiffre d'affaires de 64 millions d'euros en France, ils ne représentent qu'une goutte d'eau". Cette année, leurs ventes devraient toutefois plus que doubler et même atteindre 400 millions d'euros en 2015. "Nous prenons même le pari qu'ils représenteront 60 % des ventes technologiques en France en 2020", détaille l'analyste Matthieu Cortesse. Sans toutefois pouvoir donner un chiffre du nombre d'unités vendues. On se donne rendez-vous dans six ans ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter