Espace : la sonde Rosetta doit sortir d'hibernation aujourd'hui

Espace : la sonde Rosetta doit sortir d'hibernation aujourd'hui

DirectLCI
COMÈTE - Lancée en 2004 par Ariane 5, la sonde spatiale Rosetta a déjà beaucoup bourlingué. Placée en sommeil il y a quelques années, elle doit reprendre du service pour partir en chasse de la comète 67P.

957 jours. 957 jours que la sonde spatiale européenne Rosetta est en sommeil. Après 31 mois de pause, elle doit reprendre du service aujourd'hui pour repartir en chasse de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Rosetta, qui a été envoyée dans l'espace grâce à la fusée Ariane 5 en mars 2004, a déjà beaucoup bourlingué.

En dix ans d'activité, elle a parcouru 10 milliards de kilomètres : elle a fait trois fois le tour de la terre ainsi que celui de Mars. Cela lui a permis d'accumuler de l'énergie avant d'être placée en hibernation, ses deux grands panneaux solaires orientés vers le solaire pour conserver sa puissance et continuer d'alimenter notamment l'ordinateur de bord.

Une journée pour se réveiller et donner signe de vie

En 2014, elle touche enfin au but : se mettre en orbite autour d'une comète pour y envoyer un petit module qui doit se poser sur le noyau afin d'étudier au plus près la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Aujourd'hui, lundi 20 janvier, le réveil est programmé à 11 heures (heure de Paris). Dans un premier temps, Rosetta doit faire des tests pour évaluer son état de fonctionnement.

Une procédure de routine durant six heures va donc avoir lieu et le contact avec la Terre doit être rétabli. Il faudra 45 minutes pour que le signal parcoure les 907 millions de kilomètres qui séparent la sonde spatiale de notre planète. Le contact devrait avoir lieu entre 18 h 30 et 19 h 30.

Une mission archéologique de 18 mois

Si tous les indicateurs sont au vert, la sonde Rosetta pourra alors se mettre progressivement en orbite autour de 67P. Elle sera totalement en place à compter du mois de mai. Quand elle sera suffisamment proche de la comète et qu'elle aura cartographié le terrain pour trouver le meilleur endroit, elle doit envoyer un petit module baptisé Philae, un petit robot comme Curiosity sur Mars. Une fois qu'il aura "atterri", ce dernier doit analyser le noyau de 67P à l'aide de ses 21 instruments.

La mission est considérée comme "archéologique" car elle vise à découvrir, grâce aux gaz, poussières et glaces qui composent la comète, ce qu'il se passait il y a 4 600 millions d'années, à l'époque où les planètes n'étaient pas encore formées. Le Soleil était alors entouré d'un grand nombre d'astéroïdes et de comètes, dont 67P. Au total, l'étude doit durer 18 mois.

Pour en savoir plus : les informations sur le site de l'ESA (agence spatiale européenne)

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter