Est-ce le début de la fin des tablettes ?

High-tech
ANALYSE - Alors que Google vient de présenter sa Nexus 9 et qu'Apple s'apprête à dévoiler l'iPad Air 2 et l'iPad mini 3, les cabinets d'analyse se montrent peu optimistes sur l'avenir des tablettes.

Quatre, cinq ans et puis s'en va ? Depuis 2010, date du lancement du premier iPad d'Apple - qui a marqué l'explosion de ce marché - les tablettes ont fait leur entrée dans les foyers. Plus légère et simple d'utilisation qu'un ordinateur, avec un écran plus vaste qu'un smartphone, elle paraissait bien séduisante même si l'utilité réelle restait un peu floue. Mais aujourd'hui, les analystes sont assez peu optimistes quant à l'évolution de ce marché, alors même que Google vient de présenter sa Nexus 9 et qu'Apple s'apprête à dévoiler son iPad Air 2 et son iPad mini 3 .

Le cabinet IDC estime que le secteur arrive à saturation, avec un peu moins de 230 millions d'unités vendues en 2013. En lieu et place des 229 millions attendus, il vient de revoir à la baisse ce chiffre, à 227 millions. Si cela représente encore une forte hausse (+ 57,7 % par rapport à 2012), les années à venir devraient voir ce marché commencer à se tasser, avec une prévision à 407 millions d’unités écoulées en 2017. Même son de cloche chez Gartner, qui prédit une croissance du marché de seulement 11 % en 2014 par rapport à l'an dernier. Les tablettes devraient donc représenter 9,5 % du marché des appareils électroniques (ordinateurs, téléphones, tablettes…) cette année.

L'émergence des phablettes, une vraie concurrence à la tablette

Pour quelle raison la tablette séduit-elle un peu moins ? Il y a d'abord un début de saturation du marché - les plus fans se sont équipés - ainsi qu'un allongement de la durée de vie de l'appareil. Gartner indique qu'en moyenne, en 2018, un foyer conservera pendant trois ans la même tablette. Le taux de renouvellement va donc reculer, même si les principaux fabricants, comme Apple et Samsung, mettent un point d'honneur à sortir de nouveaux modèles chaque année.

Autre argument qui ne joue pas en faveur de la tablette : l'équipement croissant du grand public en phablettes, ces smartphones avec un vaste écran. Le dernier né de Google, le Nexus 6 , est ainsi doté d'un écran de près de 6 pouces de diagonale. C'est peu ou prou la taille de l'écran de la nouvelle tablette Fire d'Amazon, par exemple. L'iPhone 6 Plus possède un écran de 5,5 pouces et le Samsung Galaxy Note 4 , un de 5,7 pouces. Des dimensions jugées, semble-t-il, suffisantes pour jouer ou regarder un film.

Une croissance à aller chercher en Asie

Dans ces conditions, pourquoi dépenser plusieurs centaines d'euros dans un équipement supplémentaire remplissant les mêmes fonctions, la téléphonie exceptée ? "Certains utilisateurs de tablettes ne remplacent pas leur équipement par une autre tablette, ils préfèrent opter pour un dispositif deux-en-un hybride, ce qui devrait augmenter la part de marché du haut de gamme ultramobile de 22 % en 2014 à 32 % d'ici 2018", indique Ranjit Atwal, directeur de recherche pour le cabinet d'analyse Gartner.

Finalement, comme pour le marché des smartphones, le ressort de croissance se trouve en Asie : "A long terme, la croissance du marché des tablettes sera tirée en grande partie par des pays tels que la Chine", affirme Jitesh Ubrani, analyste chez IDC.

En savoir +
Nexus 9 : la tablette de Google sous Android 5 Lollipop fabriquée par HTC
Apple dévoile par erreur l'iPad Air 2 et l'iPad mini 3 avec 24 heures d'avance
TEST - Apple iPhone 6 Plus : le smartphone taille patron
Phablette : êtes-vous fait pour un téléphone grand format ? Faites le test !
Galaxy Note 4 : Prix, date de sortie, tout savoir sur la phablette de Samsung

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter