Galaxy Note7 explosifs : et si Samsung les remettait en vente ?

High-tech
COME BACK - C’est la rumeur folle qui circule : malgré un scandale fin 2016 et le rappel de tous les smartphones en circulation dans le monde, Samsung envisagerait de remettre sur le marché son Galaxy Note7, selon un média sud-coréen.

Et c’est pas fini ! On se croirait dans une publicité pour un opérateur de téléphonie mobile, mais cela semble être devenu le leitmotiv du Galaxy Note7 de Samsung. Une affaire sans précédent autour de batteries qui prennent feu, un rappel de tous les smartphones et une nouvelle politique de vérification de batterie sous forme de publicité matraquée quotidiennement à la télévision : le fabricant sud-coréen en a vu de toutes les couleurs depuis le mois d’août dernier. 


Mais il aurait peut-être trouvé le moyen de ne pas lâcher le devant de la scène avec son appareil haut de gamme, acclamé par la critique avant d’être pointé du doigt.

Selon Hankyung, un médial local, Samsung pourrait remettre son Note7 sur le marché. Pourtant, le géant asiatique a déboursé près de cinq milliards de dollars dans l’affaire, entre les rappels de produit, les tests pour découvrir l'origine du problème et tout le reste. Mais à en croire le site sud-coréen, Samsung envisagerait de vendre des unités reconfectionnées avec des batteries moins puissantes, mais plus fiables. Reuters avait déjà émis le même genre de spéculations le mois dernier.


Hankyung évoque des batteries ramenées à une capacité située entre 3.000 et 3.200 mAh contre les 3.500 mAh initialement prévus. 

En vidéo

Un Galaxy Note 7 brûlant : suite à un problème de batterie, Samsung repousse les livraisons

Le marché américain pourrait être le premier servi, puis, selon les restrictions appliquées, certains pays européens, le Vietnam ou encore l’Inde. Les médias évoquent une mise en circulation possible après l’annonce du futur Samsung Galaxy S8 attendue pour le mois d’avril.


Courant janvier, Samsung a fait son mea culpa en rendant les conclusions des expertises réalisées par différents organismes, internes et externes. Près de 20.000 unités ont ainsi été passées au crible avant de conclure que deux problèmes distincts de batterie, conçues par deux fabricants différents, étaient en cause.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter