Etats-Unis : un logiciel espion chinois découvert dans des millions de portables Android

Etats-Unis : un logiciel espion chinois découvert dans des millions de portables Android

SMARTPHONE - Un logiciel intégré dans des millions de téléphones portables a collecté les données de leurs utilisateurs, les renvoyant vers un serveur situé en Chine.

Un logiciel censé éliminer les SMS et les appels indésirables serait-il à l'origine d'un espionnage massif ? Des millions de smartphones équipés d'un logiciel intégré chinois ont repoussé des données et des SMS de leurs utilisateurs vers un serveur situé en Chine. Un processus réalisé à l'insu de tous et qui concerne des smartphones mais aussi d'autres appareils populaires (tablettes et objets connectés), fonctionnant sous Android et vendus à travers les Etats-Unis.  

La société américaine Kryptowire spécialisée dans la sécurité informatique a fait part mardi de la découverte d'un problème sur des téléphones fonctionnant sous le système d'exploitation Android (Google) utilisant un "firmware" de la société chinoise Shanghai ADUPS Technology. 

Ce logiciel interne aurait régulièrement transmis différents types de données au serveur chinois : le numéro IMEI, l'historique des SMS et des appels, la liste de contacts et les applications utilisées ou encore la position de l'appareil.  

Lire aussi

    Espionnage ou tracking commercial ?

    Toujours selon Kryptowire, ce programme intégré à l'appareil pour son fonctionnement pouvait, à distance, exécuter des commandes et reprogrammer les smartphones. "Le logiciel intégré peut cibler des utilisateurs en particulier et des messages comportant des mots prédéfinis à distance", a indiqué la société installée en Virginie dans un communiqué.

    Cette annonce a ravivé les inquiétudes selon lesquelles les fabricants d'appareils mobiles puisent davantage de données personnelles des téléphones et des tablettes qu'ils ne l'admettent, agissant pour des raisons commerciales ou, par exemple, pour espionner. La société chinoise AdUps a justifié qu'une mise à jour automatique prévue pour d'autres clients a "par inadvertance" était installée sur les appareils et a depuis était désactivée après l'intervention de la société américaine.

    "Aucune information associée à cette fonction, tels que les SMS, les contacts, ou les relevés d'appels, n'a été communiquée à des tiers et aucune information de ce genre reçue d'un téléphone BLU sur cette courte période n'a été supprimée", a souligné la société chinoise, dont le site internet précise que ses logiciels et firmwares équipent 700 millions d'utilisateurs dans le monde.

    En vidéo

    Yahoo a espionné les courriels de ses clients pour les autorités

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

    Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

    Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

    EN DIRECT - Candidature d'Éric Zemmour : le polémiste sera l'invité du 20h de TF1 mardi

    Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.