Ethan Zuckerman, l'inventeur de la pub pop-up, s'excuse

High-tech
DirectLCI
PUBLICITÉ - Pourra-t-on un jour lui pardonner ? Ethan Zuckerman, qui a créé la pop-up publicitaire au milieu des années 90, s'excuse d'avoir inventé un tel outil envahissant. Aujourd'hui, il milite contre le trop-plein de publicité sur le Net.

Il appelle ça le "pécher originel d'Internet". Ethan Zuckerman, l'inventeur américain de la publicité pop-up, est profondément "désolé" d'être à l'origine - au milieu des années 90 - de cette création pour le moins envahissante sur les écrans des sites Internet. Il a fait son mea culpa le 14 août dernier par le biais d'un post sur le site The Atlantic . Il s'excuse et y explique que ses intentions étaient bonnes mais que l'usage qui en a été fait a totalement perverti son invention.

Le directeur du Center for Civic Media du MIT (Massachusetts Institute of Technology) a commencé sa carrière sur différents sites Internet. Il a ainsi travaillé pour Tripod.com de 1994 à 1999. Il s'agit d'un service d'hébergement de sites dont le modèle économique à l'époque était le financement par la publicité. Afin que ces pubs aient la meilleure visibilité possible et ne soient pas associées à des thématiques gênantes (la promotion d'une voiture sur un site consacré à la sodomie par exemple), Ethan Zuckerman a eu l'idée d'afficher la pub dans une fenêtre "à part". Sans le savoir, il venait de créer un monstre.

Ethan Zuckerman ne croit plus au modèle publicitaire

Si aujourd'hui les publicités en pop-up ont presque disparu - notamment parce que de nombreux systèmes permettent de bloquer ces fenêtres envahissantes - de nouveaux relais existent aujourd'hui, majoritairement grâce à la publicité ciblée permise par les systèmes de tracking des faits et gestes des internautes. Une extension, Privacy Badger , a d'ailleurs été créée pour limiter ces effets intrusifs.

Aujourd'hui, Ethan Zuckerman a totalement changé de position quant à la pub et regrette qu'elle ait pris tant d'importance sur le Web. Il affirme d'ailleurs que "l'état déprécié de notre Internet est une conséquence directe, même involontaire, du choix de la publicité comme modèle par défaut pour faire fonctionner des contenus et services en ligne." La solution ? Que les gens paient "pour les services qu'ils aiment". Plus facile à dire qu'à faire…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter